Gratte-ciel de Brigil: la position du maire attendra

Le président de Brigil, Gilles Desjardins, lors de... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le président de Brigil, Gilles Desjardins, lors de la présentation de son projet

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, souhaite se donner encore un peu de temps avant de partager sa position sur le projet de tour de 55 étages proposé dans le centre-ville par le promoteur immobilier Gilles Desjardins.

La Ville de Gatineau a dévoilé vendredi le rapport de consultation sur le redéveloppement du quartier du musée. La semaine dernière, le maire affirmait vouloir d'abord attendre ce rapport avant d'offrir son opinion aux Gatinois.

«J'ai dit que j'allais attendre de recevoir le rapport, a rappelé le maire. Il faut toujours bien que je prenne maintenant le temps de le lire. Je veux aussi rencontrer Gilles Desjardins et l'Association des résidents de l'Île-de-Hull. Je vais donc prendre position dès que je serai en mesure de le faire.»

M. Pedneaud-Jobin se dit très conscient que sa position face au projet de Brigil est attendue avec impatience. «Il y a des gens qui ont pris des positions au moment où ils ont choisi de le faire, a-t-il noté. Moi, je répète que c'est un dossier important, que c'est un investissement important et que c'est un quartier important. Je ne veux pas prendre une position à la légère, sur la base d'un ou deux arguments.»

Le rapport de consultation offre peu, sinon aucune surprise.

Certains participants ont critiqué le processus de consultations publiques mis en place par la Ville puisque selon eux, il remet en question les consultations menées en 2007 et 2009 pour l'élaboration du Plan particulier d'urbanisme (PPU) dans le centre-ville. «Ces participants étaient d'avis que le simple fait que des promoteurs proposent des projets qui dérogent des orientations d'aménagement du PPU ne devrait pas justifier un réexamen du plan», peut-on lire dans le document.

Pas de vision commune

Aucune vision commune n'émane des consultations quant à l'intégration du quartier du musée à la trame urbaine et quant à la façon dont il devrait agir comme pont entre le Musée canadien de l'histoire et le centre-ville de Gatineau.

Les considérations quant à la valeur patrimoniale du quartier et les façons d'atteindre les objectifs de densification continuent aussi de s'affronter.

Certains participants croient que la densification doit se faire en hauteur, alors que d'autres préfèrent protéger l'aspect «quartier latin» du secteur.

Plusieurs autres étapes devront être franchies dans ce dossier au cours de l'automne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer