Plusieurs lacunes à corriger à la Ville de Gatineau

Le vérificateur Alain Girard... (Archives Le Droit)

Agrandir

Le vérificateur Alain Girard

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau a raté ses objectifs de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre (GES), devrait exercer une plus grande surveillance de la gestion de ses petites caisses et devrait revoir la gestion des feux de circulation sur son territoire, révèle le plus récent rapport annuel du vérificateur Alain Girard.

Dans son rapport annuel 2014, rendu public mardi, le vérificateur général s'est penché sur le plan de réduction des GES qu'avait adopté le conseil municipal en 2012.

L'objectif prévoyait alors une diminution de 15% des émissions de GES, en 2015, par rapport aux émissions enregistrées en 2009.

«Or, le bilan réel des émission de 2013 montre que les émissions étaient supérieures de 19,3% à celles de 2009, écrit M. Girard. Le émissions de GES s'éloignent donc de la cible de 2015.»

M. Girard estime ainsi que plus de la moitié des réductions d'émissions anticipées d'ici la fin de 2015 «n'auront pas lieu puisque les actions liées à ces réductions ont soit été reportées à une date ultérieure, soit n'ont pas donné les résultats attendus».

Le vérificateur général souligne aussi que la reddition de comptes du Service de l'environnement sur l'avancement des travaux de réduction des émissions de GES ne se rend tout simplement pas à la direction générale et aux élus.

M. Girard recommande à la Ville, dans son rapport, de «définir des actions pour le plan de réduction 2016-2020 pour lesquelles il est possible de suivre, à partir d'une information fiable, des paramètres ayant des liens directs avec le mécanisme à la base de la réduction envisagée de GES».

Gestion des petites caisses

C'est par ailleurs une enquête entreprise par le vérificateur général qui a mené au congédiement d'une fonctionnaire municipale s'étant allègrement servie dans une petite caisse.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) avait annoncé en juin le dépôt d'un chef d'accusation de vol de moins de 5000$ à l'endroit de Nicole Daoust, qui comptait 25 ans d'ancienneté dans la fonction publique municipale.

Mme Daoust, qui n'est plus à l'emploi de la Ville, aurait subtilisé 2790$ dans la petite caisse dont elle était responsable.

Le tout a été découvert dans le cadre d'une enquête menée par le vérificateur général, est-il écrit dans le rapport rendu public hier par Alain Girard.

Ce dernier recommande à la la Ville de «renforcer les contrôles de sécurité d'accès aux différentes petites caisses en place» et de «revoir les montants autorisés et la pertinence des petites caisses et considérer l'utilisation d'une carte de crédit corporative comme mode de paiement». Il est également suggéré d'offrir une formation sur une base régulière aux personnes responsables de petites caisses, tout en sensibilisant les gestionnaires.

Mieux gérér les feux de circulation 

La Ville de Gatineau aurait «tout avantage à améliorer ses pratiques de gestion des feux de circulation» pour améliorer la sécurité sur son réseau routier, estime également le vérificateur général.

Dans son rapport annuel, M. Girard indique que Gatineau se conforme au cadre règlementaire du ministère des Transports du Québec, mais qu'elle pourrait en faire plus.

«La réduction du nombre d'accidents sur le réseau routier municipal passe par une meilleure connaissance des problèmes, grâce à la réalisation de diagnostics, au partage d'information entre les services municipaux, à l'amélioration du processus de traitement des plaintes en lien avec les intersections puis par l'élaboration de plans d'action.

Pas d'enquête sur le 79, chemin Fraser 

Alain Girard n'a pas jugé nécessaire d'enquêter sur le controversé dossier du 79, chemin Fraser.

Cette imposante résidence du secteur Aylmer a fait énormément jaser en raison d'une dérogation mineure autorisant la réduction de la marge avant.

M. Girard dit s'être interrogé sur la pertinence d'effectuer des vérifications sur le dossier. Il a ainsi consulté le rapport de l'enquête administrative réalisée par l'administration municipale.

«À mon sens, la gouvernance de la Ville a pris en charge la situation de façon stratégique et rationnelle, écrit M. Girard. [...] À mon avis, quoique judiciarisé, le sujet a été couvert et convenablement analysé et le suivi avec des actions au rapport d'enquête a été fait avec promptitude et diligence et une intervention de ma part ne constituerait pas une valeur ajoutée à cette démarche que je qualifierais d'efficiente.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer