Gatineau doit se prononcer sur le train mardi

Le conseiller Marc Carrière est confiant d'obtenir l'appui... (Étienne Ranger,  Archives LeDroit)

Agrandir

Le conseiller Marc Carrière est confiant d'obtenir l'appui de ses collègues autour de la table pour appuyer la relance du train à vapeur avec un trajet Masson-Montebello.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le conseiller Marc Carrière demandera au conseil municipal de Gatineau, mardi, de donner son appui à la relance du train à vapeur avec un trajet Masson-Montebello.

Ce dernier se dit confiant d'obtenir l'appui de ses collègues autour de la table. «Il est important que Gatineau se positionne en faveur de ce projet afin de mobiliser les partenaires privés et envoyer un message à la députation régionale», lance celui qui est aussi le nouveau président du comité de relance du train. 

La résolution a été déposée officiellement hier à la greffière de la Ville de Gatineau. Elle sera débattue la semaine prochaine, lors du premier conseil municipal depuis le retour des vacances. 

Les élus gatinois devront se prononcer sans avoir toutefois vu le plan d'affaires révisé que le comité doit déposer à la Compagnie de chemins de fer de l'Outaouais (CCFO) d'ici la fin du mois. Cela pourrait poser problème puisque les élus gatinois sont de plus en plus exigeants face à l'information exigée avant de prendre une position. Gatineau devra aussi se positionner au moment où le trajet avec un départ à Masson fait l'objet de plusieurs contestations et de défections. 

«La position que la Ville de Gatineau va prendre est très importante dans le dossier, affirme Paulette Lalande, préfète de la MRC Papineau et membre du comité de relance du train. On a toujours dit que ce train doit être le trait d'union entre la ville et le monde rural. Ça fait quatre ans qu'on travaille sur ce projet. C'est Masson-Montebello, point à la ligne. Masson a besoin d'une revitalisation et jamais je ne vais abandonner Marc Carrière dans ce dossier. Je n'ai aucun doute que la Ville de Gatineau va reconnaître l'importance d'avoir le train sur son territoire.»

M. Carrière rappelle que c'est le plan d'affaire qui va dicter les besoins pour le projet. Il s'attend à ce que la Ville de Gatineau soit un partenaire dans le projet du train, comme elle l'a toujours été. Selon lui, l'appui de la Ville confirmera la mobilisation régionale aux yeux des députés de la région. 

Selon diverses sources, le député de Papineau, Alexandre Iracà, aurait mis passablement de pression pour que le comité de relance du train obtienne cet appui de la Ville de Gatineau. M. Carrière affirme que la mobilisation régionale est nécessaire pour convaincre la députation d'aller vendre le projet à Québec. 

Plusieurs élus ne seront pas en mesure de voter sur cette résolution, mardi, au conseil municipal. La conseillère Louise Boudrias, qui est aussi présidente de la CCFO, confirme qu'elle se retirera des discussions et qu'elle n'assistera pas au vote. Les conseillers Maxime Tremblay et Denis Tassé seront absents, tout comme la conseillère Myriam Nadeau, toujours en congé de maternité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer