Richard Bégin y perçoit un «jeu politique»

Le président du CCU, Richard Bégin, croit qu'une... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le président du CCU, Richard Bégin, croit qu'une joute politique s'est amorcée contre le maire Pedneaud-Jobin et Action Gatineau ces derniers temps.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le président du Comité consultatif d'urbanisme (CCU), Richard Bégin, rejette du revers de la main les accusations de certains de ses collègues par rapport au fonctionnement de son comité. Il y perçoit même un «jeu politique contre le maire» exercé par certains élus qui ont un agenda électoral.

«Franchement, ça ne me dérange pas ce que certains affirment actuellement, dit-il. Moi, je considère que le CCU fait son travail, et qu'il le fait bien. S'il y a des élus qui étaient habitués au rubber stamp (autorisation automatique), c'est certain qu'ils ne doivent pas être satisfaits. Mais une chose doit être claire: ce ne sera pas la marque de commerce de ce CCU et ce n'est pas mon genre.»

Quant aux délais dénoncés par certains élus du secteur Gatineau, M. Bégin juge qu'ils sont tout à fait normaux. «À la quantité de dossiers que traite le comité, ce sont des délais compréhensibles, soutient-il. Moi, je ne dis pas aux autres élus comment diriger leur comité, alors qu'on me laisse faire mon travail dans mon comité. J'ai une vaste expérience et je sais très bien comment ça fonctionne.»

À certains élus qui s'impatientent et remettent en question le fonctionnement du CCU, Richard Bégin répond qu'il est très à l'aise avec la façon dont travaillent les membres du comité. «Tant mieux si nous avons certains membres qui sont plus pointilleux que d'autres», dit-il.

JOUTE POLITIQUE

Richard Bégin n'est pas aveugle et voit bien qu'une joute politique s'est amorcée à la table du conseil municipal depuis quelques mois. «Il y a un jeu politique qui s'exerce contre le maire actuellement, et contre Action Gatineau, note M. Bégin. Cela m'affecte par la bande parce que je joue un rôle important comme président du CCU. Je ne fais pas d'effort pour me retrouver dans cette position, mais je n'ai aucun problème à jouer le rôle de rempart pour Action Gatineau dans ce dossier parce que je suis d'accord avec les idéaux de ce parti, et parce que je crois en ce parti. Si je n'étais pas avec Action Gatineau, je défendrais les mêmes idées.»

mabelanger@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer