La frustration des élus de Gatineau s'accentue

Le président du CCU, Richard Bégin.... (PATRICK WOODBURY, Archives Le Droit)

Agrandir

Le président du CCU, Richard Bégin.

PATRICK WOODBURY, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Comité consultatif d'urbanisme (CCU) de la Ville de Gatineau nage présentement en eaux troubles. Si le mécontentement grandissant de certains élus par rapport aux travaux de ce comité demeurait anecdotique au cours des derniers mois, l'insatisfaction a pris une tout autre ampleur pour atteindre un niveau encore inégalé au début du mois de juillet, a appris LeDroit.

De manière « unanime », les élus du secteur Gatineau ont décidé, le 6 juillet dernier, lors de la rencontre du caucus de secteur, de transmettre de manière officielle leurs doléances par rapport au fonctionnement du CCU à la directrice générale, Marie-Hélène Lajoie. Le procès-verbal de la rencontre - dont LeDroit a obtenu copie - indique que le conseiller Daniel Champagne a été mandaté par ses collègues pour interpeller le maire et la direction générale dans les plus brefs délais. Le caucus des élus du secteur Gatineau souhaite obtenir « un état de situation pour le Service d'urbanisme » et soulève « une problématique au niveau du fonctionnement du CCU », précise le document.

M. Champagne affirme qu'avant de blâmer l'administration, il y a peut-être lieu de questionner le travail du CCU. Il y a « un inconfort présentement », note-t-il, sans vouloir pointer du doigt une personne ou une autre. « Il y a des dossiers spécifiques qui n'avancent pas comme ils le devraient, dit-il en entrevue. Il y a des délais déraisonnables dans certains dossiers qui sont anodins. Des dossiers s'éternisent pour rien. Les décisions semblent difficiles à prendre au CCU. On ne se le cachera pas, certaines rencontres du CCU se terminent parfois vers minuit. Il semble y avoir des visions diamétralement opposées au sein du CCU et cela provoque dans certains cas, pour certains dossiers, des délais non justifiés. »

Le conseiller Gilles Carpentier n'a pas caché son irritation en apprenant que des informations de nature confidentielle par rapport à des discussions au caucus faisaient l'objet d'une fuite dans le journal. Il a toutefois admis que « les changements attendus avec la réforme de l'urbanisme ne se font pas encore sentir sur le terrain ». À son avis, cela est peut-être provoqué à la fois par « l'approche des membres du CCU et celle de l'administration ».

Une évaluation globale du comité présidé par Richard Bégin est devenue nécessaire, selon le conseiller Denis Tassé. « On a laissé la chance au coureur, mais là il est temps que ça avance, dit-il. J'entends dire que le CCU tente parfois de faire le travail de l'administration. Je ne suis pas certain que le CCU cohabite bien avec l'administration actuellement. Il y a un inconfort par rapport à certains membres du CCU qui baseraient leurs décisions sur des j'aime ou j'aime pas. On a vu le cafouillage dans le dossier du A&W. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer