Plante sous surveillance

La berce du Caucase est une plante géante... (Photo courtoisie)

Agrandir

La berce du Caucase est une plante géante qui peut atteindre une hauteur de deux à cinq mètres. Les feuilles peuvent dépasser la taille d'un adulte moyen (un à trois mètres de longueur). Les fleurs sont petites,regroupées en forme d'ombelles, blanches et très nombreuses.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Gatinois sont alertes face aux dangers que présente la berce du Caucase. Une trentaine d'appels ont été logés au 3-1-1 depuis le début de la saison estivale. Par contre, la Ville n'a encore trouvé aucune trace de cette plante sur son territoire.

Cette plante toxique et envahissante se propage partout dans la Belle Province. Plusieurs vidéos circulent sur le Web. Sa sève cause de graves brûlures sur la peau - parfois jusqu'au deuxième degré.

«Les gens sont alertes. Ils ont vu les dommages que peut causer la plante et sont craintifs. Les vidéos qui circulent génèrent une peur chez les gens», soutient Jacinthe Grégoire, du service de l'environnement de la Ville de Gatineau.

Lorsque le centre d'appels non urgents (3-1-1) reçoit le signalement d'un citoyen affirmant avoir aperçu la plante, une équipe municipale est dépêchée sur les lieux afin de vérifier les informations.

«Dans 99,9% des cas qui nous sont signalés, les gens confondent la berce du Caucase pour de la carotte sauvage, raconte Mme Grégoire. On invite les citoyens à demeurer vigilants et de notre côté on garde toujours l'oeil ouvert.»

Ces deux plantes se différencient facilement en fonction de la hauteur des plants et la forme et la grosseur des feuilles. La berce du Caucase peut atteindre de 2 à 5m de hauteur, tandis que la carotte sauvage mesure entre 40cm et 1,2m.

En 2014, une équipe responsable de répertorier les plantes toxiques sur le territoire de la Ville de Gatineau a été mise sur pied.

L'an dernier, deux cas de berce du Caucase ont été répertoriés sur des terrains privés - les propriétaires ont procédé à son éradication. À ce jour, aucun autre spécimen de la plante ne se trouve à Gatineau, selon les informations de la Ville.

Rien à signaler à Ottawa

Même son de cloche de l'autre côté de la rivière des Outaouais. Il y a eu un seul cas confirmé de berce du Caucase sur une propriété de la Ville d'Ottawa au cours des deux dernières années. Le secteur touché a été traité et la plante a été enlevée et jetée.

La Ville de Gatineau possède tout le matériel de protection nécessaire pour procéder à l'élimination de la plante toxique. Si la berce du Caucase se trouve sur un terrain privé, les citoyens ont la responsabilité de s'en débarrasser eux-mêmes.

sbranch@ledroit.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer