Éthique

Denise Laferrière visée par une plainte

Un groupe de quatre citoyens accuse Denise Laferrière... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Un groupe de quatre citoyens accuse Denise Laferrière d'avoir contrevenu à ses obligations en ayant participé à une vidéo promotionnelle du promoteur Brigil.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des citoyens de Gatineau ont déposé une plainte formelle contre la conseillère Denise Laferrière en vertu du Code d'éthique et de déontologie des membres du conseil municipal.

Dans une lettre envoyée au ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire Pierre Moreau, quatre citoyens accusent la conseillère d'avoir contrevenu à ses obligations après avoir tourné dans une vidéo promotionnelle du promoteur Brigil.

Dans le clip, diffusé au début du mois de juin, Mme Laferrière vante le projet de deux tours de 35 et de 55 étages sur la rue Laurier, devant le Musée canadien de l'histoire.

En s'associant ainsi au promoteur, les quatre signataires de la plainte estiment que Mme Laferrière a placé des intérêts particuliers au-dessus de l'intérêt public.

« Mme Laferrière a manqué de discernement, avance Jean-Pierre Couture. Elle a franchi une ligne qu'elle n'aurait pas dû franchir. »

La conseillère du district de Hull-Wright n'a pas retourné l'appel du Droit, hier. Mme Laferrière s'est déjà défendue de s'être prêté au jeu de Brigil, lors d'une réunion du conseil municipal. Interpellée par des citoyens durant la période de questions, cette dernière avait rétorqué dans une envolée sentie qu'il lui fallait assurer « un rôle de leadership [...] et je ne vois pas pourquoi la Ville de Gatineau ne pourrait pas avoir cette infrastructure-là plutôt que de laisser, encore une fois, notre développement se faire par la ville d'Ottawa ».

Problème de crédibilité

Dans un mémoire sur le développement du quartier du Musée - qui inclut la plainte visant Mme Laferrière - les quatre citoyens, dont le militant bien connu Bill Clennett, critiquent sévèrement le processus de consultation public entourant les projets de gratte-ciels au centre-ville. Ils accusent la Ville de Gatineau de participer à une « mascarade » et de faire de la « politique-spectacle » afin d'aider les différents promoteurs impliqués à obtenir la faveur de la population.

« C'est la crédibilité de l'administration qui est en jeu, estime M. Couture. On a cadré les consultations selon les préférences des promoteurs. »

M. Couture en veut comme preuve le manque de documentation disponible au grand public lors de la consultation publique très courue du 15 juin dernier.

« Les seules 'informations'disponibles étaient celles de la vidéo promotionnelle de Brigil, le discours des lobbyistes [...] et les opinions favorables des conseillères Laferrière et (Sylvie) Goneau. »

Les auteurs du mémoire accusent aussi la Ville d'avoir édulcoré des documents originaux du service d'urbanisme quant au respect du patrimoine au profit d'une formulation plus favorable au projet de tours lors des consultations publiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer