L'APCHQ favorable aux revendications de Brigil

L'entreprise Brigil soutient qu'elle érigera 12000 unités d'habitation... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

L'entreprise Brigil soutient qu'elle érigera 12000 unités d'habitation d'ici 2035 à Gatineau.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le fait que Brigil souhaite voir la création d'une équipe de fonctionnaires qui serait dédiée entièrement à l'analyse et à la coordination de ses dossiers ne surprend pas beaucoup dans le milieu de la construction, en commençant par le directeur général régional de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ), Benoît Mottard, qui soutient que cette demande est la résultante d'un problème profond à la Ville de Gatineau.

LeDroit révélait vendredi que Brigil avait demandé à la Ville de Gatineau de créer une équipe spéciale d'analyse de projet entièrement dédiée à l'entreprise dans le cadre d'un projet pilote d'un an. Brigil, qui s'est inscrite au Registre des lobbyistes jeudi, soutient que cette mesure accélérerait les délais pour l'obtention de permis de construction résidentielle.

«Ce que le groupe Brigil demande, c'est symptomatique d'un grave problème d'acceptation des projets résidentiels», a commenté M. Mottard, vendredi, lorsqu'invité à réagir.

Selon lui, ce pavé lancé dans la marre par l'entreprise relance le débat sur la création d'un guichet unique pour les entrepreneurs. «Il y a eu beaucoup de discussions à propos d'un guichet unique à Gatineau, mais on tergiverse et on n'aboutit pas à rien. Actuellement, les critères d'acceptation sont flous. Les délais à l'acceptation des projets sont inacceptables. [...] Je ne peux pas croire que ces gens-là, qui sont des professionnels dans l'industrie, ne sont pas capables de se conformer aux exigences de la ville.»

Le directeur général de l'APCHQ n'est pas convaincu par le principe d'un groupe spécialement attitré à un entrepreneur en particulier. Celui-ci n'est pas contre l'idée, mais il demeure prudent dans ses propos. «Avec l'équipe d'urbanisme qui est en place présentement, je ne suis pas sûr qu'on soit en mesure de faire du fast-track pour certaines entreprises. Il ne faut pas non plus créer de précédent. C'est ce qui peut être dangereux dans ce genre de situation», dit-il.

Des entrepreneurs favorables

Dans la cour d'autres entrepreneurs en construction de la région, la proposition de Brigil est bien accueillie.

Alain Bouladier, président des Habitations Bouladier, entreprise qui vient d'obtenir le sceau de la Ville de Gatineau pour développer 170 terrains supplémentaires dans le quartier Connaught à Aylmer, se dit parfaitement en accord avec la suggestion.

«Tous les promoteurs d'envergure devraient avoir une personne attitrée pour qu'on puisse avancer plus vite et développer adéquatement les projets. On a un business à rouler et une ville à développer. Brigil a ouvert une porte et nous allons certainement en parler aux conseillers», mentionne M. Bouladier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer