Des propriétaires s'estiment lésés

Des citoyens demeurant à proximité du parc Clétrem, situé dans le secteur... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Des citoyens demeurant à proximité du parc Clétrem, situé dans le secteur Aylmer à Gatineau, affirment avoir été lésés par le constructeur Les Habitations Bouladier.

Au moment où ils ont acheté leur maison, le constructeur a indiqué que l'espace vert demeurerait un parc et c'est pour cette raison qu'ils ont dû payer une surprime allant de 5000 à 15000$. Ces derniers s'expliquent mal comment un promoteur peut exiger un surplus pour un terrain sans véhiculer «la bonne information» verbalement aux acheteurs.

«On nous a dit à tout le monde que ça resterait un parc à tout jamais. [...] En tant que citoyen, c'est vrai qu'on aurait pu aller voir si c'est un zonage institutionnel, mais on s'est fié à Bouladier, raconte Patrick Robertson, membre du Rassemblement des citoyens pour la sauvegarde du parc Clétrem. J'ai de la difficulté à concevoir que le constructeur ne savait pas que c'était zoné institutionnel. J'ai l'impression que c'était des paroles en l'air.»

Dans un courriel envoyé à une résidente du secteur, le contrôleur des Habitations Bouladier, Stéphane Gauthier, affirme ne pas pouvoir venir en aide aux personnes ayant payé une surprime, affirmant que l'entreprise ne peut pas être tenue responsable «des décisions de la Ville de Gatineau».

«Nous tenons toutefois à préciser, et vous n'êtes pas sans le savoir étant donné que vous avez acheté [...], qu'au moment où nous avons vendu les propriétés, nous faisions mention, lorsque c'était le cas, que la propriété était 'sans voisin arrière'. De plus, à l'époque nous désignions, le parc Clétrem, comme étant un 'espace vert appartenant à la Ville de Gatineau'. Ces faits étaient vrais à l'époque pour lesdites propriétés et le sont encore en date de la présente. Rien n'a changé depuis!» peut-on lire dans le message envoyé le 17 juin dernier, dont LeDroit a obtenu copie.

Contacté par LeDroit en début de semaine, M. Gauthier n'a pas voulu commenter le dossier affirmant que la position de l'entreprise n'a pas changé depuis l'envoi du courriel.

Lors de la séance d'information tenue le 9 juillet dernier par la Ville de Gatineau et la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais, des résidents ont demandé si un fonds d'indemnisation sera créé.

Un employé du service d'urbanisme, Éric Boutet a affirmé lors de la soirée qu'au moment de la construction des maisons, le zonage permettait déjà l'érection d'une école sur le terrain du parc Clétrem.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer