Le conseil dresse la liste des projets futurs

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin se dit conscient que... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin se dit conscient que cette planification est accompagnée d'attentes et d'une obligation d'obtenir des résultats.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le futur legs du conseil municipal de la Ville de Gatineau est maintenant connu. Les projets qui devraient être réalisés d'ici la fin du mandat actuel ont été chiffrés et mis à l'échéancier.

Évidemment, cet héritage dépendra de la livraison de ces nombreux projets. Mais si tout se déroule comme la Ville le prévoit, d'ici la prochaine élection de l'automne 2017, les travaux d'aménagement du ruisseau de la Brasserie, le réaménagement de la rue Laval et de la ruelle Aubry et le nouveau pavillon du parc des Cèdres seront - entre autres - des projets achevés.

Selon le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, cette planification aura des effets positifs sur la réalisation de ces projets. Il estime que cette planification force les élus et les fonctionnaires à être plus rigoureux dans le suivi du plan de match.

«On a adopté un programme du conseil, on a adopté un budget, on a donné des enveloppes pour les projets. [...] Là, on a statué sur des dates, soutient M. Pedneaud-Jobin. On a des employés qui travaillent sur des projets précis, qui ont des enveloppes précises et qui ont des dates à respecter, qui ne travaillent plus sur un paquet d'autres affaires qui ne sont pas des priorités du conseil.»

D'un autre côté, le maire se dit conscient que cette planification est accompagnée d'attentes et d'une obligation d'obtenir des résultats.

«Si les élus changent d'idée, il va falloir qu'on dise quel projet va en subir les conséquences. Si on a des coûts qui augmentent, on va savoir précisément quel projet qu'on coupe. Si l'administration nous dit on n'est pas capable de respecter les délais, ils devront nous dire pourquoi.»

Les délais devraient être respectés du côté des employés municipaux puisque le conseil municipal a décidé d'envoyer des renforts pour la réalisation de ces projets. Six chargés de projet seront embauchés et payés à l'aide du budget du plan d'investissement. Trois d'entre eux seront affectés au centre-ville, deux aux projets des autres secteurs de la Ville et un dernier au déploiement des bibliothèques.

La conseillère Sylvie Goneau, lors des échanges avant l'adoption du Plan d'investissement, a remis en question l'embauche de ces chargés de projet qui coûtera 2,2 millions$ d'ici la fin du mandat. M. Pedneaud-Jobin a toutefois tenu à justifier l'ajout de chargés de projet.

«Le nombre de projets qu'on a, juste grâce à la taxe dédiée aux infrastructures, augmente d'année en année. Chaque année, on met presque 4 millions$ de plus. Ça va vite et il y a des projets où on n'est plus capable de fournir avec notre personnel.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer