L'orangé, une couleur qui dérange

La chaîne A&W doit construire un restaurant à... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La chaîne A&W doit construire un restaurant à l'angle du boulevard des Allumettières et du chemin Vanier, dans le secteur Aylmer.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau refuse que la chaîne de restauration rapide A&W s'affiche en couleur orangée à l'angle du boulevard des Allumettières et du chemin Vanier.

Si A&W veut être en mesure d'ouvrir son nouveau restaurant à Aylmer, à la fin du mois d'août, comme prévu, la compagnie devra accepter de respecter les goûts du Service de l'urbanisme de la Ville de Gatineau et de s'afficher plutôt en brun.

C'est ce qui ressort de la séance du 4 mai dernier du Comité consultatif d'urbanisme (CCU). Le procès verbal de la réunion rendu public la semaine dernière montre que les membres du CCU approuvent le concept d'affichage proposé, mais à condition que A&W accepte de « remplacer la couleur orangée des enseignes et de la structure associées au service à l'auto, par le brun ».

Le directeur de l'immobilier et du service alimentaire de A&W pour le Québec, Pierre Clément, n'a pas voulu commenter le dossier lorsque joint par LeDroit.

Pour sa part, le conseiller du quartier, Maxime Tremblay, n'hésite pas à qualifier la situation de « préoccupante ». Il se dit inquiet de constater qu'une telle problématique liée à la couleur corporative d'une chaîne de restauration puisse mettre à risque la construction d'un commerce à Gatineau.

« Est-ce qu'on va éventuellement faire la même chose avec le jaune de la chaîne McDonald ou encore le orangé de la Trappe à fromage ? », demande le conseiller.

Selon lui, le CCU se donne un pouvoir qu'il n'a pas dans ce dossier. « Le CCU a un pouvoir de recommandation et il doit respecter les orientations du conseil municipal, dit-il. Il ne doit pas se substituer au conseil. » Le dossier doit d'ailleurs être présenté au prochain conseil municipal, le 7 juillet. Selon M. Tremblay, il s'en est fallu de peu pour que le dossier soit retardé jusqu'à la fin de l'été.

Le président du CCU, Richard Bégin, fait une toute autre analyse du dossier. Il explique que le promoteur du complexe commercial à l'angle du boulevard des Allumettières et du chemin Vanier souhaitait installer des « immenses » enseignes qui ne respectaient pas la réglementation municipale à cet endroit. « C'est plutôt ça qui faisait retarder le dossier et nous nous sommes entendus sur cet élément », dit-il.

Quant à la demande de substituer la couleur orangée pour le brun, M. Bégin précise que cela n'a pas fait l'objet de débat au CCU. « C'est une recommandation du service de l'urbanisme, dit-il, et c'est ce que le CCU recommandera au conseil municipal. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer