Les citoyens se mobilisent

Le cul-de-sac implanté sur la rue du Sommelier,... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le cul-de-sac implanté sur la rue du Sommelier, le 21 mai dernier, dérange plusieurs résidents du quartier.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'implantation d'un cul-de-sac fonctionnel sur la rue du Sommelier dans le quartier Limbour continue de faire des remous. Le conseiller Cédric Tessier tiendra une assemblée publique sur la question ce soir. Les citoyens promettent d'y être nombreux et de forcer l'élu à expliquer sa décision.

Depuis le 21 mai, les résidents du quartier Limbour doivent effectuer un détour par la rue Saint-Louis pour se rendre d'un bout à l'autre du quartier. Les critiques à l'endroit de M. Tessier se sont multipliées depuis et elles devraient être bien audibles ce soir au centre communautaire Limbour.

Sylvie Lafleur, une résidente du chemin de la Tire, demeure convaincue que la mesure proposée est trop radicale.

Elle affirme comprendre le désir des résidents de la rue du Sommelier de vouloir réduire la circulation devant chez eux. Elle estime toutefois que les mesures déjà implantées pour réduire la circulation et la vitesse à cet endroit avaient offert de bons résultats.

«On devient prisonniers de notre quartier en quelque sorte. C'est notre quartier, on devrait avoir le droit d'emprunter cette rue.»

Selon Mme Lafleur, la situation de la rue du Sommelier a eu un effet boule de neige alors que la grogne se transfère dans de multiples dossiers. Une pétition circulerait actuellement sur la rue Lebaudy en raison de la circulation lourde sur cette artère, en plus de celle pour retirer le cul-de-sac fonctionnel sur la rue du Sommelier.

Prolongement de la rue de Cannes

La proposition de Cédric Tessier de prolonger la rue de Cannes pour régler la problématique de la rue du Sommelier a également fait sursauter des résidents.

Les détails de ce projet ne sont pas connus pour l'instant, mais Louise Pedneault - une résidente du quartier Limbour instigatrice d'une troisième pétition - estime que ça ne ferait que déplacer le problème de circulation d'un endroit à l'autre.

Le prolongement de la rue de Cannes soulève également des enjeux d'ordre environnemental, affirme un autre résident du quartier, Sébastien Malette. Il s'inquiète de ce qui adviendra de l'ancienne érablière, des marais et de la piste cyclable.

«On a déjà parlé du quartier Limbour comme du joyau de Gatineau parce qu'on a conservé l'équilibre entre la nature et le résidentiel. [...] On a le luxe de vivre en ville et de voir à l'occasion un chevreuil dans notre cour arrière. D'un point de vue collectif, on se reconnaît dans ces valeurs.»

Reste à voir si le conseiller Tessier changera son fusil d'épaule ou s'il réussira à convaincre les citoyens de son point de vue.

Jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer