«Aucun plan précis» à Gatineau

La Ville de Gatineau devra se retourner sur un dix sous à l'aube des vacances... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau devra se retourner sur un dix sous à l'aube des vacances d'été si elle ne veut pas rater le bateau et passer à côté de subventions provenant d'un nouveau programme de 50 millions$ du gouvernement du Québec pour la rénovation d'arénas de quartier.

Depuis la mort du centre multifonctionnel et tout le débat sur la subvention de 26 millions$ qui s'en est suivi, les Gatinois savent que la Ville a de grands projets pour la réorganisation du réseau d'arénas sur son territoire. Le portrait détaillé de l'état des arénas municipaux existe, mais n'a toujours pas été rendu public. Le conseil n'a pas encore été saisi officiellement du dossier, ce que réclame depuis l'automne dernier le conseiller et président de la Commission des loisirs et des sports, Stéphane Lauzon.

Les arénas de quartier sont dans un piteux état à Gatineau. Les investissements nécessaires sont de l'ordre de 58 millions$. À la mort du centre multifonctionnel, la Ville disait vouloir se donner jusqu'à l'automne pour présenter un projet au gouvernement. Peut-être devra-t-elle accélérer la cadence.

Encore rien de Gatineau

Le gouvernement du Québec a annoncé, le 9 juin dernier, une troisième phase au populaire Programme de soutien aux installations sportives et récréatives. Les villes, les institutions scolaires et les organismes à but non lucratif peuvent soumettre des projets de construction, de rénovation, d'aménagement et de mise aux normes d'installations sportives et récréatives de toutes sortes. L'enveloppe contient 50 millions$. Québec verse 50% de la somme du projet jusqu'à concurrence de 7,5 millions$.

Le hic, c'est que toutes les demandes doivent avoir été reçues par le ministère de l'Éducation qui pilote le programme au plus tard le 14 août prochain. Québec confirme n'avoir reçu aucune demande de la part de la Ville de Gatineau à ce jour.

«On a des rapports, plusieurs idées sur la table, mais aucun plan précis. C'est préoccupant.»

- Stéphane Lauzon

Le conseiller Lauzon affirme avoir interpellé la direction générale de la Ville, ainsi que le cabinet du maire Maxime Pedneaud-Jobin à ce sujet dès qu'il a eu vent de ce programme. «Les projets doivent être très précis et détaillés pour se conformer aux critères du programme, explique M. Lauzon. Nous n'en sommes pas là. On a des rapports, plusieurs idées sur la table, mais aucun plan précis. C'est préoccupant. Il est urgent que le conseil puisse avoir une présentation.»

M. Lauzon refuse que Gatineau passe à côté de cette opportunité. Les deux premières phases du programme de soutien mis en oeuvre en 2006 ont permis la mise en oeuvre de 600 projets. «Nous avons de l'information en main, dit M. Lauzon. Nous savons quels arénas devront être détruits et ce qu'il y a à rénover dans les autres. Qu'on fouille dans notre liste d'épicerie. On peut faire une demande de subvention. Nous n'avons pas besoin d'un vote du conseil municipal pour ça. Le comité exécutif peut très bien mandater nos services pour qu'ils fassent une demande de subvention.»

Le cabinet du maire n'a pas été en mesure de donner suite aux questions du Droit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer