Deux tours, deux camps

«Brigil [...] tente d'enfoncer dans la gorge des... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

«Brigil [...] tente d'enfoncer dans la gorge des citoyens de l'Île de Hull ce projet insensé à grand renfort de propagande en embauchant l'ancien maire, Yves Ducharme», a pesté l'ancien conseiller Claude Bonhomme.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau lançait lundi les consultations sur le projet de gratte-ciel de Brigil au centre-ville. Ce rassemblement de citoyens a été le théâtre de l'entrée en scène remarquée de l'ancien conseiller municipal Claude Bonhomme qui a mené une charge contre les ambitions de Gilles Desjardins.

Connu dans les années 90 comme le «Eliot Ness du Vieux-Hull» en raison de son travail pour limiter les débordements à la sortie des bars, M. Bonhomme n'a pas tenu de mots tendres à l'égard du président de Brigil, M. Desjardins.

«Brigil [...] tente d'enfoncer dans la gorge des citoyens de l'Île de Hull ce projet insensé à grand renfort de propagande en embauchant l'ancien maire, Yves Ducharme, devenu lobbyiste et en ayant recours à des témoignages de notables qui [...] n'ont aucune affinité avec l'Île de Hull.»

Claude Bonhomme a également traité le design «d'architecture marshmallow» en plus d'affirmer que le gratte-ciel deviendrait comme «le nez de Cyrano de Bergerac dans le visage de Gatineau».

Ce témoignage a donné le ton à la consultation où les opposants au projet et les citoyens pro-développement se sont succédé au micro.

La centaine de personnes rassemblées étaient visiblement divisées sur la question, alors qu'une moitié différente de la salle faisait entendre ses applaudissements après chaque intervention.

D'un côté, les citoyens qui souhaitent que la Ville de Gatineau puisse se doter d'une infrastructure grandiose et distinctive. Ceux-ci se rallient derrière les arguments de Gilles Desjardins au plan touristique et au niveau de la densification de la population au centre-ville.

«À Toronto, il y a la tour du CN. À Calgary, il y a la tour de Calgary. Toutes les grandes villes ont leur centre observatoire», affirmait M. Desjardins avant la consultation.

À l'opposé, plusieurs ont dénoncé qu'on souhaite revoir les dispositions du Plan particulier d'urbanisme (PPU) pour l'Île de Hull, seulement trois ans après son dépôt.

Consultation en amont

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a souligné l'arrivée d'une nouvelle approche de consultation dans ce dossier.

«On n'a jamais été autant en amont, il n'y a pas de projet de déposé.»

La directrice déléguée du service de l'urbanisme de la Ville de Gatineau, Catherine Marchand, soutient que ces projets venaient remettre en question la vision pour le développement du quartier comprise dans le PPU. Les fonctionnaires ont préféré donner de l'information aux citoyens et les laisser se prononcer avant de proposer au conseil municipal d'appuyer ou de rejeter ces constructions.

«Il y a des endroits où il est approprié de monter en hauteur. Ce n'est pas pensé pour ça, ici. Il y avait du dix et du trois étages pour assurer une graduation vers le bas. Aujourd'hui, les promoteurs nous disent qu'ils pensent qu'on peut monter plus haut en respectant nos critères», explique Mme Marchand.

À noter que deux autres projets ont été dévoilés lundi, soit la construction d'un immeuble de 30 étages par le Sheraton Four Points, ainsi qu'un développement de 25 étages sur un espace de stationnement derrière l'hôtel de Sheraton, sur la rue Notre-Dame-de-l'Île.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer