La mairie pourrait intéresser Maxime Tremblay

«C'est le genre de réflexion qu'on fait dans... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

«C'est le genre de réflexion qu'on fait dans la dernière année d'un mandat», dit l'élu du district du Plateau, Maxime Tremblay.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La mairie de Gatineau, en 2017 ? « Je ne ferme la porte à rien, mais je ne suis pas rendu là du tout. C'est prématuré. Ça n'a rien à voir avec le maire. C'est un choix personnel de vouloir devenir maire ou non. Une chose est certaine, je ne serai pas conseiller pendant encore 10 ans. »

Voilà où se situe le conseiller Maxime Tremblay à l'approche de la période de mi-mandat de l'administration du maire Maxime Pedneaud-Jobin.

« C'est le genre de réflexion qu'on fait dans la dernière année d'un mandat, dit-il. Est-ce que ce sera dans deux ans, dans six ans, je ne sais pas ? J'aurais aimé être député, mais ça n'a pas fonctionné. Si j'ai une opportunité d'affaires, je vais y songer. Si on me propose de devenir sénateur, je vais y songer. Si ça me tente et qu'il y a une opportunité pour la mairie, je vais aussi y songer. »

Si M. Tremblay décide de se présenter à la mairie, ça ne se fera pas subtilement. « Je me mettrai à jouer le rôle de l'opposition, comme l'avait fait M. Pedneaud-Jobin lors du dernier mandat, précise-t-il. Une chose est claire cependant, les dernières semaines me prouvent que les partis politiques au municipal ce n'est pas bon. »

TASSÉ ET GONEAU

Heurté par le débat et surtout la décision concernant la mort du projet de centre multifonctionnel pour remplacer l'aréna Robert-Guertin, le conseiller Denis Tassé semble pour sa part avoir fait une étape de plus dans sa réflexion en prévision du scrutin de 2017. Alors que la poussière du débat sur le centre multifonctionnel n'était pas retombée et que les émotions étaient encore à vif, il a affirmé à la presse, il y a une semaine, qu'il allait commencer à songer à la mairie.

Forte de son élection comme troisième vice-présidente à la Fédération canadienne des municipalités (FCM), la conseillère du district de Bellevue Sylvie Goneau n'aborde pas la question de front, même si elle n'a jamais fermé la porte. À l'heure actuelle, elle préfère se concentrer sur le rôle qu'elle aura à jouer à la FCM et au conseil municipal.

Amusé par la question sur ses prétentions quant à un deuxième mandat aussi tôt dans un premier mandat, le maire Pedneaud-Jobin a affirmé qu'il adorait son travail présentement et qu'il entend bien « étendre ça sur plus d'un mandat ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer