Olympiques: Maxime Tremblay retire sa résolution

Le conseiller Maxime Tremblay a déjà indiqué qu'il... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le conseiller Maxime Tremblay a déjà indiqué qu'il ne lèverait pas le petit doigt pour aider le maire dans son objectif de procéder à la réfection des arénas de proximité avec la subvention de Québec.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le brouillard s'est épaissi encore un peu, mardi, quant à l'avenir de la subvention de 26,5 millions $ qui était réservée pour la construction du centre multifonctionnel.

Le conseiller Maxime Tremblay qui promettait, la semaine dernière, de déposer une résolution sur la formation d'un comité devant travailler à trouver une solution pour bâtir un aréna répondant aux besoins des Olympiques de Gatineau a finalement fait marche arrière, quelques heures avant la réunion du conseil municipal à la Maison de la culture.

M. Tremblay a retiré sa résolution de l'ordre du jour prétextant qu'il était « préférable de faire un travail de terrain et d'analyse en premier ». Pour l'instant, son implication au sein du comité formé de l'ancien ministre responsable de l'Outaouais, Norman MacMillan, et de la députée de Hull, Maryse Gaudreault, se fera sur une base personnelle, précise-t-il.

La semaine dernière, le conseil municipal, dans un vote serré de 10 contre 9, a décidé de proposer un plan de réfection de ses arénas de proximité et demandera à Québec d'utiliser la subvention de 26,5 millions $ à cette fin. La réponse de Québec à cette demande est pour l'instant négative.

Propos tempérés

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, indiquait, mardi dernier, que les Olympiques devraient se tourner vers le privé pour se faire bâtir un nouvel aréna, et que cet aréna ne pourrait pas être érigé sur le site actuel du Centre Robert-Guertin. Gatineau n'a toujours pas l'intention de participer financièrement à la construction d'un éventuel futur domicile des Olympiques, mais le maire a atténué quelque peu ses propos lors de sa rencontre avec la presse, hier.

« Si la solution pour sauver les Olympiques passe par la subvention, en tout ou en partie, moi je vais être content, a-t-il affirmé. Quand on aura soumis un projet de redéploiement de nos arénas, on va demander l'aide de Québec et si on a une partie de la subvention, je vais être content. Ce que je veux c'est que cette subvention demeure en Outaouais. Je veux deux choses. Investir dans nos arénas de proximité et sauver les Olympiques et c'est pour ça qu'on cherche des solutions. »

Le conseiller Tremblay a déjà indiqué qu'il ne lèverait pas le petit doigt pour aider le maire dans son objectif de procéder à la réfection des arénas de proximité avec la subvention de Québec. Avec ce plan, M. Tremblay est convaincu que la Ville de Gatineau met en péril la subvention et l'avenir des Olympiques. Il doute qu'une solution soit possible en empruntant l'avenue proposée par le maire.

Maxime Pedneaud-Jobin affirme être d'accord avec l'initiative de M. MacMillan qui tente actuellement de trouver une solution pour que la subvention de Québec serve à la construction d'un nouvel aréna pour les Olympiques. « Si M. Tremblay veut contribuer à cette réflexion-là, tant mieux, a lancé le maire. Tous ceux qui veulent se mobiliser pour aider les Olympiques sont les bienvenus. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer