Les Olympiques et les 26 M $ en danger

Le projet de centre multifonctionnel à Gatineau est officiellement mort et... (Illustration courtoisie)

Agrandir

Illustration courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le projet de centre multifonctionnel à Gatineau est officiellement mort et enterré, mais la saga, elle, est loin d'être terminée.

Les propositions qu'a réussi à faire adopter, mardi, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, mettent maintenant à risque la survie même des Olympiques, tout comme la subvention de 26,5 millions $ consentie par le gouvernement du Québec.

L'abandon du projet de centre multifonctionnel, comme prévu, a rallié une forte majorité d'élus. Seuls les conseillers Denis Tassé, Sylvie Goneau et Denise Laferrière ont défendu ce projet de 75 millions $ jusqu'au bout. De cette décision en découle cependant une autre qui elle a profondément divisé le conseil municipal. Dans certains cas, les positions pourraient ne jamais être réconciliables. Denis Tassé, amèrement déçu, a même laissé entendre qu'il pense maintenant se présenter à la maire de Gatineau lors des prochaines élections.

Dans un vote très serré de 10 contre 9, le maire a fait adopter sa proposition d'utiliser plutôt la subvention de Québec pour financer «un plan de réfection des arénas de proximité».

Les arénas de quartier sont dans un piteux état à Gatineau. Les investissements nécessaires sont de l'ordre de 58 millions $. La Ville se donne jusqu'à l'automne pour présenter un projet au gouvernement.

Le maire se dit conscient qu'en agissant ainsi, il risque de faire perdre aux Gatinois une subvention de 26,5 millions $. «Moi, je ne ferai pas un projet dans lequel je ne crois pas pour sauver une subvention de 26 millions $, a-t-il lancé. Je ne ferai pas un projet juste pour dépenser de l'argent public.»

Au privé d'intervenir

Les Olympiques de Gatineau ne peuvent désormais plus compter sur la Ville pour bâtir leur futur domicile. L'équipe devra aussi déménager.

La Ville prévoit démolir le centre Robert-Guertin à la fin de la saison 2017-2018. Ce site, en plein centre-ville, a une valeur de 15 millions $ sur le marché. Il sera redéveloppé.

«La responsabilité et le leadership doivent maintenant être entre les mains du privé, a affirmé le maire Pedneaud-Jobin. Gatineau restera un partenaire des Olympiques, mais nous ne serons pas propriétaires [de l'aréna] et ça ne se fera pas sur le site actuel. La balle est dans le camp des Olympiques et de la communauté. Nous, on ne court plus avec le ballon. On a essayé et on a échoué.»

M. Pedneaud-Jobin dit vouloir «changer le modèle» actuellement en place dans les villes de la province qui hébergent un club de hockey junior majeur. «Le modèle traditionnel ne fonctionne plus selon moi, dit-il. Il est à sens unique. Le projet de centre multifonctionnel avait du sens parce qu'il donnait une institution à la Ville, une salle de spectacle. Mais si on réduit ça à un simple aréna, au sens strict de nos responsabilités municipales, nous n'avons pas besoin de ça. Ce sont les Olympiques qui ont besoin de ça.»

Le conseiller Maxime Tremblay se dit pessimiste face à l'avenir des Olympiques à Gatineau. «C'est une équipe junior, qui développe des joueurs avec des gens passionnés, rappelle-t-il. Ce n'est pas une entreprise privée qui fait des millions de dollars de profits. C'est plus une vocation et c'est un symbole de Gatineau qui est maintenant à risque.»

Denis Tassé a pour sa part accusé le maire de Gatineau de ne pas avoir fait son travail dans le dossier. «C'est clair qu'il ne voulait pas de ce projet, a-t-il dit. Ce n'était pas une priorité pour lui, ce n'était pas dans le programme d'Action Gatineau. Je pense que les Olympiques ce n'est pas plus important que ça pour lui. On a fait travailler nos fonctionnaires pour rien pendant des années. C'est du gaspillage.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer