Centre multi: l'événementiel « moins pertinent »

La conseillère Louise Boudrias croit que l'avenue proposée... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

La conseillère Louise Boudrias croit que l'avenue proposée par les Olympiques et Norman MacMillan est intéressante.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si l'étude de marché de 2010 faite par la firme IBI/DAA et révélée par LeDroit, samedi, demeure pertinente quant au volet événementiel d'un centre multifonctionnel à Gatineau, c'est uniquement pour démontrer à quel point les choses ont changé depuis cinq ans, soutient la conseillère Louise Boudrias.

La situation de l'événementiel sur le terrain est à ce point différente en 2015 que l'étude de 2010 paraît presque jovialiste aujourd'hui.

Mme Boudrias cite une deuxième étude jamais rendue publique faite en 2012 qui présente un portrait beaucoup plus sombre des perspectives de marché pour un volet spectacle du centre multifonctionnel.

« Je crois de moins en moins à la pertinence du volet événementiel du centre multifonctionnel, lance Mme Boudrias. L'étude de 2010 est basée sur un amphithéâtre de 5 000 sièges. Notre projet en compte 4 000. Il y a aussi des faits nouveaux. Les Sénateurs semblent vouloir déménager sur les plaines LeBreton et la vente de billets de spectacle a connu une forte décroissance au Québec dans les dernières années. La plus récente étude est très claire. Il y a un plus grand risque maintenant de ne pas atteindre le seuil de rentabilité. Le niveau de risque associé à la gestion d'une telle infrastructure est aujourd'hui beaucoup plus grand. »

En ce sens, l'avenue proposée par les Olympiques de Gatineau et l'ancien ministre responsable de l'Outaouais, Norman MacMillan, est intéressante, selon la conseillère. Elle donne à tout le moins l'occasion d'explorer d'autres propositions qui ne l'ont pas été depuis la naissance du projet.

LeDroit révélait, hier, que M. MacMillan a été mandaté par les Olympiques pour discuter avec la Ville de Gatineau afin de trouver une solution.

« Le maire a eu sa chance avec AEG, il y a eu des délais et il y en aura d'autres, dit-elle. On peut donner la chance aux Olympiques et à M. MacMillan. Il peut aussi y avoir d'autres gens d'affaires intéressés. Ça peut vouloir dire que tout doit repartir à zéro, mais la situation actuelle, c'est que nous n'avons aucun projet. Je crois qu'il faut donner l'opportunité à M. MacMillan de faire ses propositions, surtout qu'il souhaite le faire en comité. »

Construire pour 50 ans

Gatineau est une des villes du Québec les plus en croissance, rappelle le conseiller Denis Tassé.

Ce dernier n'a pas changé de position au cours du dernier mois, la Ville doit aller de l'avant et construire un centre multifonctionnel dans le centre-ville à 75 millions $, selon lui.

«Oui, ça paraît beaucoup d'argent, mais il faut penser à bâtir ça pour les 50 prochaines années, dit-il. Nous serions la seule grande ville du Québec sans centre multifonctionnel. Il arrive quoi si on se réveille dans dix ans et qu'on en veut un ? On va le payer encore plus cher qu'aujourd'hui. Avec la subvention de Québec et l'argent que nous avons de côté, nous le paierions presque tout en argent comptant ce centre multifonctionnel.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer