Exclusif

L'avenir du centre multi dépend de la vente des Olympiques

Plusieurs sources près de l'équipe et de l'administration... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Plusieurs sources près de l'équipe et de l'administration municipale ont confirmé au Droit que la vente des Olympiques est un «élément majeur» dans les négociations entre la Ville de Gatineau et le partenaire privé qui serait, selon nos sources, le géant mondial de l'événementiel, AEG.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'avenir du centre multifonctionnel se joue en ce moment même et dépendrait directement de la vente des Olympiques de Gatineau à l'ancienne vedette des Kings de Los Angeles, Luc Robitaille.

Plusieurs sources près de l'équipe et de l'administration municipale ont confirmé au Droit que la vente des Olympiques est un «élément majeur» dans les négociations entre la Ville de Gatineau et le partenaire privé qui serait, selon nos sources, le géant mondial de l'événementiel, AEG.

La pression serait actuellement très forte sur le président du club, Alain Sear, et sur les autres propriétaires, pour qu'ils acceptent de vendre leurs parts à M. Robitaille qui est aussi vice-président des opérations affaires des Kings de Los Angeles, une propriété d'AEG. L'ancien porte-couleurs des Olympiques et membre du Temple de la renommée du hockey veut être seul maître à bord, avec AEG.

Les parties ne s'entendraient pas sur la réelle valeur de la concession. Selon nos informations, les deux derniers propriétaires à avoir acheté chacun 10 % des parts du club, Gilles Laplante et Jocelyn Cayer, auraient chacun déboursé 430000 $. La valeur totale des Olympiques serait donc estimée à 4,3 millions de dollars.

«Les propriétaires des Olympiques ne bloqueront pas une vente si c'est ce qu'il faut pour que le projet de centre multifonctionnel aille de l'avant, mais ils ne feront pas une vente de feu, ce sont des hommes d'affaires», a confirmé une source crédible près de l'organisation. Le commissaire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Gilles Courteau, serait impliqué dans le dossier afin de faciliter les négociations.

La participation financière du partenaire privé nécessaire à la survie du projet de centre multifonctionnel serait conditionnelle à l'acquisition des Olympiques par M. Robitaille. Selon trois différentes sources, l'entreprise AEG serait prête à investir une dizaine de millions de dollars dans le projet et à prendre en charge la gestion du centre multifonctionnel. Il est pour l'instant impossible de préciser quelle forme prendrait cette participation financière.

Ce montant représente le manque à gagner identifié par le conseil municipal pour construire le centre multifonctionnel, alors que son budget est de 63,5 millions $. AEG deviendrait locataire et gestionnaire de l'immeuble. Grâce à son réseau de contacts, l'entreprise serait responsable d'attirer des spectacles tout en ayant le contrôle, par le biais de M. Robitaille, du club de hockey qui évolue dans l'amphithéâtre.

La transaction, si elle a lieu, doit se faire rapidement, autant pour la Ville que pour la LHJMQ, soutiennent nos sources. Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a précisé que les élus devraient être en mesure de prendre une décision finale sur l'avenir du centre multifonctionnel au courant de la semaine prochaine. Le maire attendrait le résultat des négociations entre M. Robitaille et les Olympiques pour confirmer une date précise. Quant aux opérations hockey du club, il serait important, tant aux yeux de l'organisation que de la ligue, que ce dossier soit réglé avant le repêchage qui aura lieu le 6 juin prochain.

Vendre ou perdre de l'argent

Des intervenants interpellés par LeDroit précisent que le groupe d'Alain Sear se trouve actuellement dans une position difficile. Sans la vente du club, la Ville n'aura pas les fonds supplémentaires pour payer la construction de l'amphithéâtre et le projet actuel sera relégué aux oubliettes. Lors de la présentation publique du dossier du centre multifonctionnel, il y a quelques semaines, une majorité d'élus ont semblé très réticents à investir 74 millions $ pour construire le centre multifonctionnel.

Comme la Ville de Gatineau ne semble pas avoir beaucoup d'appétit pour construire un simple aréna pour héberger les Olympiques, les propriétaires actuels seraient «condamnés à perdre de l'argent dans le centre Guertin», indique une source, ou à investir de leurs poches plusieurs dizaines de millions de dollars pour se bâtir leur propre amphithéâtre.

- Avec Jean-François Plante

Des documents inaccessibles

À quelques jours d'une décision finale dans le dossier du centre multifonctionnel, la Ville de Gatineau continue de bloquer la publication de trois documents importants sur lesquels se baseront, entre autres, les élus quand viendra le temps de voter.

Le citoyen et activiste Bill Clennett a fait la demande afin de les obtenir, par le biais de la Loi d'accès à l'information des trois rapports, mais s'est buté à un refus. Ces rapports produits en 2007 et 2010, notamment cités dans un précédent rapport du vérificateur général, analysent divers scénarios de construction et de choix de sites, les conditions propices à un partenariat public-privé et la viabilité d'un marché événementiel ainsi que les retombées économiques qui y seraient associées.

La Ville de Gatineau précise que ces documents ne sont pas accessibles en vertu de la Loi parce qu'ils constituent des avis et recommandations.

«De plus, ces documents constituent des analyses qui seront produites à l'occasion d'une recommandation faite dans le cadre d'un processus décisionnel en cours, a expliqué au Droit le directeur des communications de la Ville de Gatineau, Jean Boileau. Conséquemment, ces analyses ne peuvent être communiquées jusqu'à ce que la recommandation ait fait l'objet d'une décision du conseil municipal. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer