Assises de l'UMQ: le maire de Gatineau est optimiste

«Le discours gouvernemental n'a jamais été aussi intéressant»,... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

«Le discours gouvernemental n'a jamais été aussi intéressant», indique le marie Maxime Pedneaud-Jobin.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les affaires municipales ont rarement été au centre des discussions comme c'est le cas actuellement. Dans ce contexte, les Assises de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), ce week-end, ont été particulièrement intéressantes, soutient le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

« C'était de loin les assises de l'UMQ les plus intenses que j'ai vues depuis que j'y participe », amorce M. Pedneaud-Jobin en entrevue avec LeDroit.

Évidemment, la visite des élus provinciaux et fédéraux, Philippe Couillard, Pierre Moreau, Thomas Mulcair, Denis Lebel et Stéphane Dion, a retenu l'attention. La division entre le ministre des Affaires municipales, M. Moreau, sur l'attribution de 1 % de la taxe provinciale aux municipalités, également.

Malgré l'apparence d'un gouffre entre les demandes des municipalités et les intentions du gouvernement provincial, Maxime Pedneaud-Jobin est optimiste pour les prochaines semaines qui seront cruciales, à son avis.

« Le discours gouvernemental n'a jamais été aussi intéressant. [...] On s'entend sur le problème : il faut donner plus d'autonomie aux villes, il faut trouver une façon d'améliorer leur situation financière. La discussion sur les solutions s'engage et va être importante. Au moins, on fait un diagnostic qui est le même. »

Non à « Logement d'abord »

Dans un effort qui plaira certainement aux organismes communautaires, la Ville de Gatineau a proposé une résolution au conseil d'administration de l'UMQ pour qu'on demande aux gouvernements provinciaux et fédéraux de ne pas transformer l'orientation de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI). La proposition a été adoptée avec un appui de la Ville de Montréal.

L'orientation « Logement d'abord », proposée par le fédéral, mettrait une pression indue sur les municipalités, selon le maire de Gatineau.

« Ça nous enlève beaucoup de marge de manoeuvre pour intervenir en amont et en aval sur la situation de l'itinérance. C'est beau qu'une personne se trouve un logement, mais des fois, la personne a besoin d'accompagnement psychosocial. Des fois, la personne a besoin d'aide d'un organisme communautaire qui l'aide à se meubler », soutient M. Pedneaud-Jobin.

« Les villes sont dans une situation difficile parce que ce sont elles qui subissent les contrecoups de l'itinérance. [...] On n'a pas une fiscalité conçue pour s'impliquer dans ces enjeux-là. On se retrouve obligé de le faire », ajoute-t-il.

Révision des programmes

L'ex-maire de Sherbrooke, Jean Perrault, nommé par Québec à la tête d'un comité pour éliminer la lourdeur administrative entre les municipalités et le gouvernement, sera de passage à Gatineau au cours des prochaines semaines.

Le maire de Gatineau affirme l'avoir invité après l'avoir croisé dans un corridor, durant les Assises. M. Perrault viendra rencontrer les fonctionnaires et élus de Gatineau pour identifier certains « irritants », indique Maxime Pedneaud-Jobin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer