Exclusif

Une entreprise militaire en sol gatinois?

Michel Plouffe, dg de Développement économique CLD Gatineau,... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Michel Plouffe, dg de Développement économique CLD Gatineau, affirme que les démarches ont été enclenchées il y a plusieurs mois avec l'entreprise concernée.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau multiplie les efforts depuis plusieurs mois afin d'attirer sur son territoire une entreprise fabriquant des « composantes militaires », a appris LeDroit.

Le dossier est assez sensible au plan politique pour que le directeur général de Développement économique CLD Gatineau, Michel Plouffe, sente le besoin d'obtenir l'aval du comité exécutif de son organisation, ainsi que du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, pour être en mesure de poursuivre ses efforts de prospection dans ce dossier. Ce qu'il a obtenu.

« C'est une entreprise dans le domaine de la défense et de la sécurité, a confirmé le maire Pedneaud-Jobin. Michel Plouffe m'a demandé il y a quelques mois si j'avais une objection à ce qu'il fasse du travail de prospection en direction de cette entreprise. J'ai donné mon accord. Nous avons une armée, un ministère de la Défense nationale qui est déjà en partie situé sur notre territoire et il s'agit d'une industrie qui crée des emplois et qui est une source de diversification économique. Je n'ai aucun problème politique à vouloir attirer une entreprise associée à la défense et à la sécurité. »

M. Plouffe donne très peu de détails sur la nature même de cette entreprise. Il est impossible de savoir pour l'instant s'il s'agit d'un fabricant d'armes, d'un sous-traitant d'une plus grosse entreprise liée au domaine militaire ou encore d'une entreprise spécialisée dans le domaine de l'informatique ou des communications militaires. Il n'a pas été possible de préciser si ce qui serait produit à Gatineau serait destiné à l'armée canadienne ou à l'exportation vers d'autres pays.

« Je ne dis pas si c'est une petite ou une grosse entreprise, a affirmé le directeur général de DECLDG. Tout ce que je confirme, c'est que nous sommes très actifs dans le secteur de la défense et de la sécurité. Nous avons amorcé nos démarches de prospection auprès de cette entreprise depuis plusieurs mois. »

Encadrement

Le maire Pedneaud-Jobin ajoute qu'il n'a aucune hésitation à accueillir ce type d'industrie sur son territoire, notamment parce que, dit-il, « nous sommes dans un pays qui encadre ces choses-là de manière plus rigoureuse que bien d'autres pays ».

Pourtant, en janvier dernier, La Presse publiait un dossier démontrant, chiffres à l'appui, que le Canada est l'un des plus grands exportateurs d'équipements militaires au monde et que des dictatures répressives comme l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Bahreïn comptent parmi les clients jugés « prioritaires » par Ottawa.

Des données publiées il y a un peu plus d'un an par La Presse Canadienne démontrent que les ventes d'armes vers des pays comme l'Algérie et l'Irak ont augmenté de 100 % entre 2011 et 2012. 

Durant la même période, les exportations d'équipements militaires canadiens ont augmenté de 98 % au Pakistan, de 93 % au Mexique et de 83 % en Égypte. 

Les sociétés d'armement canadiennes ont aussi vendu 8,29 milliards $ en armes aux pays en voie de développement, permettant ainsi de hisser le Canada au 9e rang mondial dans ce marché, selon un rapport du comité spécial du Congrès américain cité par La Presse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer