Croisières Outaouais met en place un plan B

Croisières Outaouais pourra opérer ses bateaux à partir... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Croisières Outaouais pourra opérer ses bateaux à partir de la amrina de Hull tant qu'il n'y aura pas d'entente avec la Ville de Gatineau sur les travaux à exécuter au Quai des artistes.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un revirement de dernière minute est survenu, jeudi matin, dans le dossier qui oppose la Ville de Gatineau et Croisières Outaouais, a appris LeDroit.

La Ville empêche toujours l'entreprise d'amarrer ses bateaux au Quai des artistes tant que l'entrepreneur n'aura pas installé un système de protection tel qu'exigé par la municipalité. Cela a déjà fait perdre une semaine d'activités au propriétaire de Croisières Outaouais, Robert Taillefer, qui croyait pourtant s'être entendu avec la Ville depuis plusieurs mois sur les aménagements à faire au quai.

M. Taillefer affirme s'être entendu, jeudi matin, avec la Commission de la capitale nationale (CCN) et la corporation qui gère la marina de Hull afin d'utiliser le quai aux abords du pont Alexandra pendant un certain temps. Il pourra ainsi opérer ses bateaux à partir de cet endroit tant qu'il n'y aura pas d'entente avec la Ville de Gatineau sur les travaux à exécuter au Quai des artistes.

Le noeud du problème repose sur le système de défense devant protéger l'intégrité du Quai des artistes dans lequel la Ville de Gatineau a investi près de deux millions de dollars en rénovations. L'appel d'offres pour la location du Quai des artistes précisait que le système de défense devait être suffisamment résistant pour accueillir des bateaux dont la force d'accostage est de 150 kilonewtons.

Selon M. Taillefer, une telle demande n'est pas nécessaire puisque ses bateaux ne développent pas plus de 28 kilonewtons lors de l'amarrage. Il ajoute que la demande de la Ville serait nécessaire s'il opérait des paquebots.

Une rencontre tenue mercredi entre l'entreprise et l'administration municipale n'a pas été suffisante pour régler le litige. Les négociations avec les ingénieurs de la Ville doivent se poursuivre pour déterminer les travaux à exécuter.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer