Des citoyens approuvent... pour l'instant

Brigil a présenté son projet mardi soir.... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Brigil a présenté son projet mardi soir.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Même si seul le temps saura nous dire si la situation changera, l'érection de deux tours dont une qui aura une hauteur frôlant les 200 mètres sur la rue Laurier ne semble pas rencontrer une vive opposition chez les résidents du centre-ville gatinois jusqu'à maintenant.

Habitant depuis plusieurs années sur la rue Champlain, à quelques centaines de mètres à peine du site du futur mégacomplexe hôtelier, Ginette Lachance dit être enchantée par le projet.

« C'est de toute beauté. C'est quelque chose dont tout le monde a besoin. Nous sommes la quatrième ville en importance au Québec, mais on est toujours la petite soeur pauvre qui n'a jamais rien. On n'arrive pas à dénicher un projet qui va donner un cachet à Gatineau. Il y a toujours du tiraillage entre la Ville, les promoteurs, les citoyens. Il y a une guerre de clochers. Mais là, pour une fois, on va avoir quelque chose d'envergure qu'on va léguer à nos enfants, », lance-t-elle, espérant «malgré ses 68 ans» voir de ses propres yeux cette « icône » gatinois.

François-Xavier Simard, lui, abonde dans le même sens, estimant que le projet ira de l'avant même s'il pense que certains citoyens monteront aux barricades. Il espère cependant que le projet deviendra réalité dans un horizon plus court qu'une décennie.

« Les touristes qui viennent d'Ottawa traversent le pont Alexandra, viennent voir le Musée et repartent ensuite. Alors que là, ils auront un intérêt pour demeurer sur la rive québécoise. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce projet un succès », dit-il.

De son côté, l'Association des résidents de l'Île-de-Hull (ARIH) se garde bien de commenter dans l'immédiat le projet de 400 millions $, n'ayant pris connaissance des maquettes qu'il y a trois semaines lors d'une rencontre avec des représentants de Brigil Platine.

« Nous ne sommes pas encore outillés pour évaluer de gros dossiers comme celui-là. Tant qu'on n'aura pas eu d'opinions, qu'elles soient favorables ou défavorables, on ne prendra pas position », soutient la présidente Marie-Ève Gratton, ajoutant être confiante que l'organisation pourra se prononcer d'ici le début juin.

Partager

À lire aussi

  • Pierre Jury | Ouverture

    Pierre Jury

    Ouverture

    Le moins que l'on puisse dire, c'est que Gilles Desjardins ne manque pas d'audace. Devant un tel cran, le moins que l'on puisse faire est d'entendre... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer