Action Gatineau veut faire la pédagogie de l'urbanisme

Le président du Comité consultatif d'urbanisme (CCU) de... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le président du Comité consultatif d'urbanisme (CCU) de Gatineau, le conseiller Richard Bégin, entend réformer ce secteur d'activité.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'urbanisme est au coeur de nos vies, qu'on le veuille ou non. Le président du comité consultatif d'urbanisme (CCU) de Gatineau, Richard Bégin, aimerait au minimum qu'un plus grand nombre de citoyens le sache.

«On ne réalise pas à quel point l'urbanisme nous affecte consciemment ou inconsciemment», affirme M. Bégin.

L'élu affirme s'être lancé en politique pour réformer les politiques de la Ville de Gatineau en matière d'urbanisme. Samedi, il organisait pour Action Gatineau un forum sur la question pour brasser des idées avec des experts et des acteurs du milieu.

Le président du CCU a certainement l'appui du chef de son parti et maire de la Ville, Maxime Pedneaud-Jobin.

«Pour faire de la politique correctement, il faut réfléchir beaucoup. C'est ça l'objectif de la journée: parler des nouvelles tendances en urbanisme, affirme le maire de Gatineau. Plus on maîtrise ensemble les règles et l'environnement, meilleures sont nos décisions.»

Une saga formatrice

La pédagogie de l'urbanisme, à Gatineau, s'est entamée lorsque la saga du 79, chemin Fraser a vu le jour. Pour Richard Bégin, cette affaire a été un catalyseur pour la réforme de l'urbanisme, la goutte qui a fait déborder le vase pour plusieurs citoyens qui ont été victimes d'une mauvaise application des règles au cours des dernières années.

Le 79, chemin Fraser était un cas flagrant d'erreur qui nuit à la qualité de vie de certains citoyens, selon M. Bégin. Mais il y a aussi des erreurs beaucoup moins évidentes dont les effets peuvent se faire ressentir à long terme, soutient le président du CCU.

«Si on rase tous les boisés pour construire des maisons et faire des rues de 20 pieds de large en asphalte [...] il y a un prix à payer pour ça. [...] On contribue au réchauffement de la planète et on contribue à mettre en place un paquet d'irritants qui rendent les gens plus agressifs. Éventuellement, il y a une détérioration de l'esprit communautaire.»

Richard Bégin souhaite notamment que l'on cesse de développer les villes pour accommoder les automobilistes. Ça commence en s'assurant que tous les citoyens ont accès à des services de proximité, afin d'éliminer ou de réduire les déplacements en voiture.

«On le sait qu'à Aylmer, il n'y a plus de Canadian Tire. Ç'a l'air bien insignifiant quand on regarde ça d'en haut à la Ville de Gatineau, [...] sauf que c'était la seule quincaillerie au centre-ville d'Aylmer. [...] Si moi j'ai besoin d'une vis, je dois aller ailleurs.»

Jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer