Centre multifonctionnel: un nouveau joueur dans la partie

Luc Robitaille suivrait de près le dossier du... (Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

Luc Robitaille suivrait de près le dossier du centre multifonctionnel depuis quelques années.

Robert Skinner, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le plus prolifique pointeur de l'histoire des Olympiques de Gatineau et membre du Temple de la renommée du hockey, Luc Robitaille, serait derrière le lapin sorti du chapeau du maire Maxime Pedneaud-Jobin, mardi, lors des discussions publiques sur le centre multifonctionnel, selon des informations colligées par LeDroit.

Ceux qui s'attendaient à un véritable débat sur l'avenir du centre multifonctionnel à la table du conseil municipal, mardi, ont été déçus. Dès l'ouverture des discussions, le maire a indiqué qu'une troisième option, de dernière minute celle-là, venait s'ajouter aux deux autres déjà connues, soit de construire un centre multifonctionnel de 74 millions $, ou de reculer et de tout recommencer à zéro.

La Ville de Gatineau, a expliqué le maire, est actuellement en discussion avec un partenaire privé «crédible et sérieux» qui pourrait venir modifier de manière importante le cadre financier du centre multifonctionnel. Le maire se donne jusqu'à la fin du mois de mai pour conclure une entente de principe avec ce partenaire. À part les membres du comité exécutif et la haute direction de la Ville de Gatineau, personne ne connaît l'identité de ce mystérieux partenaire privé en qui tous les espoirs sont maintenant fondés. La Ville de Gatineau a signé une entente de confidentialité et ne peut donc donner aucun détail sur ce partenaire potentiel.

Géant de l'événementiel

Selon des informations obtenues par LeDroit, corroborées par deux sources, ce partenaire serait nul autre que le géant mondial du divertissement Anschutz Entertainment Group (AEG). Cette compagnie spécialisée dans la gestion d'amphithéâtre possède plus d'une centaine d'infrastructures de divertissement dans le monde. Elle produit et fait la promotion de tournées d'artistes de renommée internationale. Québecor s'est d'ailleurs enjoint les services d'AEG pour l'aider dans la gestion du nouveau Colisée de Québec.

AEG est aussi propriétaire des Kings de Los Angeles, dont le président des opérations affaires est Luc Robitaille. Ce dernier a toujours gardé un oeil sur son ancienne équipe junior, avec qui il a amassé 424 points en 197 parties. Selon nos informations, il suit de près le dossier du centre multifonctionnel depuis quelques années.

Le maire de Gatineau n'a donné aucune indication sur l'identité du partenaire en question, mais il a laissé savoir que des «discussions théoriques» entre les deux parties s'étaient amorcées en novembre dernier. «C'est devenu plus sérieux à la mi-mars», a-t-il ajouté. Le comité exécutif a été mis au fait de ces discussions secrètes seulement la semaine dernière.

«Nous ne faisons rien d'illégal, a insisté le maire de Gatineau. Les services juridiques de la Ville nous accompagnent et si jamais nous devions avoir une entente de principe, nous expliquerons pourquoi nous avons agi de cette façon. Si nous arrivons à une entente, elle sera rendue publique et soumise au conseil dans ses moindres détails, mais en ce moment il est normal que les discussions se fassent avec un groupe restreint d'individus. Je vais demeurer très prudent, je ne sais pas si nous arriverons à quelque chose, mais je suis tout à fait convaincu que c'est sérieux et crédible, et que c'est une démarche qui vaut la peine d'être faite.»

Le vote final sur l'avenir du centre multifonctionnel devrait avoir lieu d'ici un mois. AEG n'a pas donné suite aux courriels envoyés par LeDroit.

Ce qu'ils ont dit

«Nous avons rejeté les premières soumissions parce qu'on nous disait que nos estimations étaient précises. Nous avons relancé de nouveaux appels d'offres en nous faisant marteler que nos estimations étaient précises. Et aujourd'hui, on se retrouve encore dans une situation semblable.»

- Marc Carrière

«Nous ne pouvons plus agir comme si nous étions un petit village. Il faut cesser de regarder passer la parade. À Québec, Régis Labeaume a osé avec son amphithéâtre, osons, nous aussi. Là, j'ai l'impression que nous avons peur de notre ombre.»

- Denise Laferrière

«Il est temps que cette saga prenne fin, nous avons une obligation envers nos citoyens. Je serais par contre incapable de justifier le choix de la deuxième option à mes concitoyens. Attendons voir ce qu'il adviendra de la troisième option. Nous avons un partenaire privé crédible et sérieux avec qui nous sommes actuellement en discussions.»

- Gilles Carpentier

«Je ne suis pas prêt à ajouter encore de l'argent dans ce projet. Je souhaite que la troisième option permette même de réduire les coûts du projet pour les citoyens.»

- Richard Bégin

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer