La politique s'invite au débat

Les élus gatinois sont bien décidés à refaire de Gatineau la «ville vélo»... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les élus gatinois sont bien décidés à refaire de Gatineau la «ville vélo» qu'elle a déjà été, mais les moyens à prendre pour y arriver sont loin de faire l'unanimité. Certains élus estiment que le plan en place fait trop dans le «gaspillage» et qu'il s'éloigne des vraies priorités.

La Ville de Gatineau prévoit investir plusieurs millions de dollars dans le domaine d'ici 2018. Une logique prioritaire doit guider les élus dans l'atteinte de leur objectif; améliorer l'aspect «utilitaire» du vélo dans le but d'augmenter de 2,5% à 5% le nombre de travailleurs gatinois qui se rendent au boulot à bicyclette. Une somme d'un peu plus de 2 millions$ sera dépensée dans des projets favorisant le vélo utilitaire cette année. C'est le double de ce qui était dépensé en 2013.

À cela s'ajoute un investissement de 2 millions$, d'ici 2018, pour une piste cyclable entre Masson-Angers et Buckingham. Ce projet a provoqué passablement de remous, hier, en comité plénier. Voté dans le Plan directeur intégré (PDI) en même temps que le budget, en décembre dernier, ce tronçon de 5,5 kilomètres aura une vocation beaucoup plus «touristique et récréative» qu'utilitaire. L'embauche d'un «coordonnateur vélo» à 200000$ pour une durée de deux ans a aussi soulevé passablement de questions de la part des élus. Sept des 18 élus se sont opposés au plan proposé au conseil par les services municipaux.

«Les élus désirent avoir des pistes cyclables utilitaires, dans chacun des districts on a des besoins, a rappelé le conseiller Denis Tassé. Moi, de dépenser 200000$ [pour un coordonnateur] je trouve ça exagéré. On connaît les besoins et nous pourrions poser des actions. On peut bien faire des grands plans pour les dix prochaines années, mais on sera limité en argent. Il faut prioriser.»

En ce sens, M. Tassé estime que la construction d'une piste cyclable entre Masson-Angers et Buckingham, défendue bec et ongles par le maire Maxime Pedneaud-Jobin hier, «n'est pas une grande priorité», d'autant plus, ajoute-t-il, qu'il y a une piste cyclable semblable au même endroit, de l'autre côté de la rivière du Lièvre.

Le maire a rappelé que ce projet, en quelque sorte hérité du «sac à bonbons» du Fonds des communautés, a été priorisé par le secteur. «C'est plus qu'une piste cyclable, c'est un endroit où on met en valeur des artefacts sur le bord de la rivière, un endroit où on a un potentiel de partenaire privé avec Brookfield, a expliqué le maire. Ça se rattache au parc MacLaren et au Centre nautique.»

La conseillère Sylvie Goneau est d'avis que cette «piste cyclable en garnottes sur le bord de la rivière qui permet d'aller voir les oiseaux» ne cadre pas dans les priorités que s'est données la Ville de Gatineau en matière de vélo. Selon elle, l'argent aurait plutôt dû servir à réaliser des projets de réseau utilitaire un peu partout dans sur le territoire de la Ville. «Les gens de Buckingham auraient apprécié un meilleur réseau pour se rendre au travail ou pour rejoindre la Route verte, dit-elle. C'est un projet qui est apparu comme ça au PDI, un lapin du chapeau, une promesse électorale. Ces deux millions de dollars auraient pu être utilisés dans les circuits urbains pour les gens qui veulent se rendre à l'école ou au travail en sécurité.»

Cependant, lors du débat sur le PDI, en novembre, Mme Goneau militait pour rayer ce projet de la liste et souhaitait redistribuer l'argent à d'autres priorités, notamment pour la marina Kitchissipi, un projet qui n'a rien à voir avec le vélo utilitaire. Elle a cependant été battue au vote.

Quant au conseiller Daniel Champagne, responsable du dossier vélo à Gatineau, il y a lieu de trouver, selon lui, un équilibre entre les investissements pour le vélo utilitaire qui est la priorité clairement identifiée, et le vélo récréatif. «La piste entre Masson et Buckingham est récréative, mais c'est tout à fait cohérent avec notre objectif de devenir la capitale du vélo.»

Mabelanger@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer