Le paiement des taxes reste à deux versements à Gatineau

Le parti du maire Maxime Pedneaud-Jobin avait annoncé,... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le parti du maire Maxime Pedneaud-Jobin avait annoncé, en campagne électorale, être favorable à un étalement des paiements de taxes municipales. «Nous étions en principe favorable à le faire, mais le montant fait toute la différence », a précisé, hier, le maire de Gatineau.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le débat sur l'étalement du paiement des taxes foncières à Gatineau est un peu comme le printemps. Ça revient régulièrement et ça ne dure jamais bien longtemps.

Selon le service des finances de la Ville de Gatineau, il en coûterait près de 1,8 million $ pour passer de deux à quatre versements par année, et 2,5 millions $ pour pousser la note à 12 versements, au lieu des deux paiements actuels, un en février et l'autre en juin. Et tout ça pour contenter ce qui semble être une infime minorité de la population, à une époque où la Ville tente de dégager des économies récurrentes de 15 millions $ par année, laisse-t-on entendre.

« Ça nous est demandé peut-être par cinq ou six personnes par année, il y a eu récemment un petit buzz autour de la question, à cause de l'actualité et de notre radio préférée », a précisé le directeur des finances, André Barbeau, faisant ricaner le conseil au complet, qui a fini par rejeter du revers de la main la possibilité d'étaler les versements.

Augmenter le nombre de versements implique des coûts de gestion pour la Ville et d'importantes pertes d'intérêts sur les placements. Plusieurs élus ont par ailleurs indiqué que les institutions financières et prêteurs hypothécaires offrent des services pour permettre aux gens de faire plusieurs paiements.

M. Barbeau a ajouté que l'effet bénéfique sur le payeur de taxes serait aussi de très courte durée. C'est l'équivalent, dit-il, de donner un allégement de trois mois, une seule fois, pour qu'ensuite le payeur de taxes doive recommencer à prévoir ses paiements.

« Il n'y a jamais de bon timing pour le paiement des taxes municipales », a-t-il lancé. Avec quatre versements, les versements se feraient en février, en mai, avant les vacances d'été, en août après les mêmes vacances et en novembre, juste avant Noël.

Le parti du maire Maxime Pedneaud-Jobin avait annoncé, en campagne électorale, être favorable à un étalement des paiements de taxes municipales. « Action Gatineau avait pris l'engagement d'en faire l'analyse dans la perspective de l'augmenter, nous étions en principe favorable à le faire, mais le montant fait toute la différence », a précisé, hier, le maire de Gatineau.

Les élus Martin Lajeunesse, Louise Boudrias, Myriam Nadeau, Richard Bégin, tout comme le maire, ont mentionné qu'il y aurait peut-être certains aménagements à analyser pour les personnes à revenus fixes, souvent les personnes âgées, mais rien n'a été décidé en ce sens.

« Ce qui m'arrête vraiment c'est le coût, a ajouté M. Pedneaud-Jobin. Ça coûterait 1,8 million $ pour passer à quatre versements. C'est une grosse dépense qui n'est pas prioritaire. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer