Gatineau veut mettre un terme au vapotage

La commission Gatineau, Ville en santé souhaite l'interdiction... (PHOTO ARCHIVES, LA PRESSE)

Agrandir

La commission Gatineau, Ville en santé souhaite l'interdiction du vapotage dans les édifices municipaux.

PHOTO ARCHIVES, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le conseil municipal de Gatineau a entamé des démarches, mardi, pour limiter l'utilisation de la cigarette électronique dans les édifices municipaux. Or, l'influence de l'ancien conseiller Pierre Philion continue de se faire sentir puisque les élus gatinois pourraient bien être au front pour baliser davantage le tabagisme.

Les recommandations de la commission Gatineau, ville en santé à propos du vapotage ont été adoptées lors de la séance du conseil municipal, mardi soir. La Ville de Gatineau étudiera la possibilité d'interdire le vapotage à l'intérieur des édifices municipaux et enverra une demande au gouvernement du Québec pour que la cigarette électronique soit soumise aux mêmes restrictions que la cigarette traditionnelle.

«On va envoyer une résolution au gouvernement du Québec, ç'a été accepté par le conseil. On est bien content, affirme Louise Boudrias, la présidente de la commission Gatineau, ville en santé. On a mandaté nos services de regarder la possibilité de réglementer au niveau des employés et de revenir au conseil. On se demande, entre autres, est-ce que la loi le permet et quels sont les coûts reliés à une telle réglementation.»

Débat élargi

Le débat sur le vapotage s'est toutefois élargi sur le tabagisme dans son ensemble lors du caucus préparatoire. Les élus ont jonglé avec la possibilité de demander au gouvernement du Québec d'élargir les balises imposées aux fumeurs et d'interdire la cigarette sur les terrasses et dans les parcs.

Le conseiller du Plateau, Maxime Tremblay, a formulé une proposition en ce sens. Le conseil a cependant décidé de reporter le débat à plus tard. «C'est clair que chez plusieurs élus, il y avait une volonté de regarder ça, soutient le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. On va revenir au conseil pour avoir cette discussion et on va être mieux préparés. [...] Entre maintenant et dans un mois, il n'y a pas d'urgence.»

Acceptation sociale

Le conseiller de Buckingham, Martin Lajeunesse, également propriétaire du restaurant Lala Bistro dans ce secteur, était notamment intéressé par cette mesure. Selon lui, les tenanciers de bars et restaurateurs ne devraient pas craindre une telle mesure.

«Une fois que c'est fait en globalité, il y a une acceptation. Les gens ne sont pas contents, mais c'est la loi. Tu ne peux pas aller chez le voisin, ce n'est pas toléré.»

Si les démarches se poursuivent, la Ville de Gatineau conservera son rôle de leader dans sa lutte contre la fumée secondaire dans les lieux publics. Au début du nouveau millénaire, l'ex-conseiller Pierre Philion avait été au-devant de cet enjeu. Ses démarches ont été centrales dans l'élaboration de la loi interdisant la cigarette dans les lieux publics, adoptée en 2006.

Partager

À lire aussi

  • Patrick Duquette | Nouvelle bibitte

    Patrick Duquette

    Nouvelle bibitte

    Après 20 ans d'efforts pour «dénormaliser» la cigarette, les experts de la santé publique pensaient pouvoir souffler. C'était sans compter sur... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer