De l'espoir sur le ruisseau

La patinoire du ruisseau de la Brasserie ne... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

La patinoire du ruisseau de la Brasserie ne jouit pas de la reconnaissance mondiale de sa cousine ottavienne, mais elle attire néanoins son lot de patineurs. Sur la photo: Simon Lafontaine, Martine Cléroux, Michaël Lafontaine et Sylvain Lafontaine.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce n'est définitivement pas le canal Rideau, mais aux yeux de l'organisme Vision centre-ville, c'est très bien ainsi.

La patinoire du ruisseau de la Brasserie ne jouit pas de la reconnaissance mondiale de sa cousine ottavienne, mais elle attire son lot de patineurs depuis son ouverture.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, faisait de la revitalisation de ce cours d'eau un enjeu principal lors de la campagne électorale de 2013. Pour son ancien bras droit Stefan Psenak, maintenant directeur général de Vision centre-ville, l'activité sur la patinoire du ruisseau de la Brasserie offre une belle carte de visite au maire et aux adeptes du projet.

«C'est le début de quelque chose, c'est clair», affirme M. Psenak.

L'ancien conseiller municipal demeure cependant prudent. Il rappelle que les coûts pour assurer la propreté du ruisseau sont faramineux (80 millions$), puisque la canalisation du centre-ville doit presque entièrement être refaite.

«La rue Morin va être refaite, ils vont faire ces égouts-là en même temps. Ça va se faire sur le long terme, explique Stefan Psenak. C'est irréaliste de le faire (maintenant), on n'a pas les budgets pour ça. Et si on le faisait, il n'y aurait plus d'animation, il n'y aurait pas d'embellissement des rives.»

En attendant que la revitalisation du ruisseau de la Brasserie, le directeur général de Vision centre-ville espère que la patinoire connaîtra une longue vie. En peu de temps - la Ville de Gatineau a confirmé le projet pilote en novembre -, une programmation a été mise sur pied pour animer la patinoire qui est même devenue partenaire du Bal de neige durant cette courte période.

«Je pense que, pour la Ville, c'était important qu'il y ait une prise en charge du milieu. Hé bien, ça n'a pas reposé uniquement sur les épaules de la municipalité.»

Stefan Psenak reconnaît l'apport important de Gatineau, mais il estime que la participation de la communauté et des gens d'affaires dans le projet démontre que la patinoire doit devenir davantage qu'un projet pilote.

Le dg de Vision centre-ville soutient d'ailleurs que les partenaires et les commanditaires se disent satisfaits de l'impact sur leur entreprise. Il ajoute que l'an prochain, avec plus de temps pour recueillir des fonds, une programmation encore plus élaborée pourra être offerte.

Un bilan incluant les coûts divers du projet doit être fait, conclut M. Psenak, mais jusqu'à maintenant, il se dit bien satisfait de ce que la patinoire a amené au centre-ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer