L'austérité fait craindre pour le logement social

La conseillère Myriam Nadeau s'inquiète des conséquences des... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

La conseillère Myriam Nadeau s'inquiète des conséquences des politique d'austérité de Québec sur le logement social.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les mesures d'austérité du gouvernement du Québec mettent en péril la réalisation de 199 logements abordables à Gatineau.

La présidente de la Commission permanente sur l'habitation à Gatineau (CPHG), la conseillère Myriam Nadeau, croit que ces logements sont à risque de ne pas être construits, ou au mieux, reportés dans le temps, et ce malgré le fait que la Ville a déjà engagé du financement dans ces projets.

Le 12 janvier dernier, Québec a mis fin à une mesure du programme AccèsLogis qui permettait de financer les projets de logements en fonction des coûts de construction de 2012. L'année de référence utilisée par Québec est 2009. Mme Nadeau explique que cette décision aura un impact important sur les promoteurs des projets, qui n'auront pas toujours les moyens de combler l'écart avec le coût réel du marché.

Entre 2009 et 2014, les coûts de construction ont augmenté de 11% dans la région, précise Mme Nadeau. «Habituellement, s'il y a moins d'argent pour couvrir les coûts de construction, tu vas chercher la balance avec les loyers, mais il y a une limite à augmenter les loyers, sinon ce n'est plus du logement abordable, ajoute-t-elle. Nous avons une grande inquiétude quant à la livraison de ces projets-là. Québec nous ampute d'un outil important. Gatineau ne peut pas rester les bras croisés devant cette situation.»

La Ville s'inquiète aussi d'être sans nouvelle de la poursuite même du programme AccèsLogis au-delà de 2015. «La fin annoncée de la majoration est un enjeu pour les acteurs du logement abordable, mais plus encore c'est la pérennité du programme qu'il faut assurer», a déclaré Réjean Laflamme, président de Loge-Action Outaouais.

Gatineau demande à ce que Québec clarifie ses intentions et qu'il annonce la poursuite de ce programme pour une durée de cinq ans, en plus de prévoir le financement permettant la construction, au Québec, de 3 000 unités par année.

La CPHG demandera au conseil municipal d'appuyer une résolution demandant à Québec de poursuivre sans délai le programme AccèsLogis à long terme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer