Les crédits de taxes aux organismes religieux sous la loupe

Constamment à la recherche de nouveaux revenus, le maire de Gatineau, Maxime... (Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil)

Agrandir

Jean-Marie Villeneuve, Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Constamment à la recherche de nouveaux revenus, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, souhaite entamer une réflexion sur la possibilité de cesser de subventionner les organismes religieux par le biais des généreux crédits de taxes que leur offre la Ville depuis plus de 100 ans.

En 2015, ce sont 2,5 millions de dollars en taxes foncières qui n'atterrissent pas dans les coffres de la Ville de Gatineau. Des chiffres obtenus par le 104,7 FM démontrent, par exemple, que les églises, synagogues, temples et mosquées profitent d'un congé de taxes qui dépasse les 2 millions de dollars par année.

Le maire de Gatineau précise que c'est la loi québécoise qui force les municipalités à ne pas taxer les organismes religieux, mais qu'une réflexion s'impose.

«La discussion sera complexe, prévient M. Pedneaud-Jobin. Si l'ensemble des églises, du jour au lendemain, doivent payer des taxes, est-ce qu'on va être en train de faire fermer des temples doit la valeur patrimoniale doit être préservée? Mais est-ce que la Ville doit subventionner des organismes religieux à travers un crédit de taxes? Je ne suis pas convaincu que ça devrait toujours s'appliquer. C'est un choix de société qui devra être fait.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer