De l'entraînement en silence au Centre sportif

Le Centre sportif de Gatineau... (Patrick Woodbury, Archives, LeDroit)

Agrandir

Le Centre sportif de Gatineau

Patrick Woodbury, Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

«Pomper de la fonte» au Centre sportif de Gatineau doit dorénavant se faire en silence.

Les gens qui s'entraînent au gymnase de musculation du Centre sportif ont reçu un avis hors du commun de la direction, il y a près de deux semaines. Ceux qui soulèvent des poids ne doivent plus les laisser tomber au sol, afin de ne pas déranger les gens qui se réunissent dans la salle de réunion, un étage plus bas, au deuxième.

C'est du moins la raison donnée par des responsables et entraîneurs sur place.

Il a été rapporté au Droit par plusieurs utilisateurs du gymnase que certains types d'entraînement ne sont tout simplement plus tolérés, comme des routines d'haltérophilie, à cause du bruit que faisaient les charges en venant s'écraser au sol. La demande de minimiser le bruit vaudrait aussi pour les utilisateurs de poids libres. Plusieurs utilisateurs songent à changer de gymnase pour s'entraîner.

Cynthia Lauzon, porte-parole à la Ville de Gatineau, affirme qu'il n'y a pas de demande en lien avec du bruit incommodant au Centre sportif. Elle explique par contre qu'il y a environ un an, dans une volonté d'accommoder les entraîneurs de Volleyball Canada, une partie des équipements d'haltérophilie a été transférée dans les installations du club pour que les athlètes puissent les utiliser en tout temps, et exclusivement. Une partie de l'équipement est demeurée dans le gymnase pour l'utilisation des Gatinois, a-t-elle ajouté.

Elle a cependant ajouté que Gatineau doit retirer le reste des gros équipements d'haltérophilie de son gymnase afin de faire de la place pour la zone d'étirement beaucoup trop petite. Les poids retirés seront aussi transférés à l'usage exclusif de Volleyball Canada. «Ce sont des équipements qui étaient très peu utilisés», a affirmé la porte-parole.

Après une demande de clarification du Droit sur ce «transfert» d'équipement, Mme Lauzon a précisé que les équipements de la Ville avaient été «acquis» par Volleyball Canada, et non seulement transférés. «La Ville a choisi de s'en départir afin de satisfaire à des demandes grandissantes des usagers pour qu'on agrandisse la zone d'étirement et qu'on fasse l'acquisition d'un nouvel équipement.»

Des déficiences

L'entente hors cour entre la Ville et Decarel, survenue mercredi, prévoit que l'entrepreneur devra corriger des déficiences estimées par la Ville à 5,4 millions $.

Les coûts pour Decarel seront toutefois moindres, indique la Ville.

Decarel et ses consultants devront aussi finaliser la documentation requise pour obtenir la certification LEED du Centre sportif et soumettre le tout au Conseil du bâtiment durable du Canada pour évaluation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer