Gatineau dresse une liste noire d'entrepreneurs

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a indiqué... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a indiqué qu'à l'avenir, la Ville n'hésiterait pas à se servir de cette liste afin d'écarter des entrepreneurs jugés incompétents.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau tient maintenant une liste noire des entrepreneurs jugés incompétents avec lesquels elle ne désire plus travailler.

Les fournisseurs de services qui signent des contrats avec la municipalité auront intérêt à marcher droit et à en donner pour son argent à la Ville. Ceux qui offriront un rendement insuffisant aux yeux de la Ville pourraient être ajoutés à cette liste et se voir refuser toute soumission pendant une période de deux ans.

Déjà une firme identifiée

Le comité exécutif a inscrit une première firme à cette liste, mercredi matin. Il s'agit de la firme Philippe-André Boileau, qui s'était vue octroyer un contrat de près de 100000$, en avril 2014, pour assurer le service d'entretien des tours de refroidissement. Neuf mois plus tard, en décembre dernier, Gatineau résiliait le contrat parce que l'entrepreneur n'a pas démontré sa capacité à remplir ses obligations en lien avec le contrat, malgré de nombreux avis de défaut d'exécution.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a indiqué que la Ville n'hésiterait pas à se servir de cette liste, à l'avenir, afin d'écarter des entrepreneurs jugés incompétents. Une nouvelle disposition dans la Loi sur les cités et villes permet aux municipalités d'agir ainsi depuis 2012.

«Ça va nous éviter des situations où les choses tournent mal avec un fournisseur et que six mois plus tard, ce même fournisseur gagne un autre appel d'offres et qu'on soit de nouveau obligé de travailler avec», a expliqué le maire.

 M. Pedneaud-Jobin se dit conscient du risque de poursuites éventuelles des entrepreneurs visés. C'est pourquoi Gatineau souhaite se doter d'une politique pour encadrer la façon d'utiliser cette liste.

«Comment agir? Dans quelles circonstances? Ce sont des choses qui seront encadrées dans notre politique, dit-il. On va agir dans le respect de tout le monde, mais aussi dans le respect du contribuable. Quand ça se passe mal avec un fournisseur, que nous n'en avons pas pour notre argent, nous agissons. Ce conseil agit de la sorte depuis le début. Les fournisseurs n'ont pas tous les mêmes compétences. Nous, on préfère travailler avec ceux qui sont bons», a-t-il lancé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer