Pour briser le «facteur Outaouais»

La construction du futur centre multifonctionnel déborde maintenant la saga... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La construction du futur centre multifonctionnel déborde maintenant la saga interminable qui fait mal paraître l'administration gatinoise depuis près d'une décennie. C'est devenu un laboratoire vers lequel sont tournés bien des yeux du monde municipal et de l'industrie de la construction. Avec 63 millions$ à dépenser, la Ville de Gatineau croit avoir en main ce qu'il faut pour dicter le jeu - et même changer quelques règles. En Outaouais, l'industrie de la construction fait figure de chasse gardée, où les entrepreneurs généraux - encore tout puissants - peuvent négocier à leur guise les prix de leurs sous-traitants. La Ville de Gatineau croit que cette situation a un effet à la hausse sur les prix. Elle souhaite forcer le changement en exigeant que toutes les soumissions passent par le BSDQ, une première au Québec. Les entrepreneurs généraux croient que la Ville se trompe et qu'elle joue avec une arme à double tranchant. Pensant brandir un outil anticollusion, disent-ils, elle pourrait bien devenir artisane de son propre malheur en rassemblant tous les ingrédients pour en être victime.

La région serait en proie à un mystérieux «facteur Outaouais» qui ferait que les projets d'infrastructures publiques coûtent plus cher ici qu'ailleurs au Québec.

Les exemples sont nombreux, note le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, sans toutefois en faire la nomenclature. Le dernier en lice, et sans doute le plus médiatisé, est le centre multifonctionnel, dont les premières soumissions ont été rejetées parce que jugées complètement démesurées par rapport aux estimations de la Ville. On peut aussi penser au Rapibus.

«Il y a un phénomène ici qu'on ne voit pas ailleurs. On a poussé très loin notre réflexion afin de savoir pourquoi et nous en sommes arrivés à une conclusion.»

Confiante de la justesse de son analyse, la Ville de Gatineau semble aujourd'hui bien déterminée à briser le moule qui se serait installé, au fil des ans, dans l'industrie de la construction de la région. Le maire Pedneaud-Jobin pense même avoir un as dans sa manche pour y arriver. «On pense qu'on a un atout», dit-il.

Une première au Québec

Gatineau est la première ville au Québec à exiger, pour la construction du centre multifonctionnel, que la totalité des soumissions des sous-traitants soit remise aux entrepreneurs généraux par le biais du Bureau des soumissions déposées du Québec (BSDQ).

Il sera impossible pour ces derniers de négocier, comme ils ont toujours fait, les prix de certains travaux qu'ils sous-traiteront. Ils devront accepter, sans rechigner, les plus basses soumissions conformes déposées au BSDQ pour bâtir leur propre soumission générale.

L'analyse des premières soumissions pour le centre multifonctionnel démontre que les prix déposés au BSDQ pour certains travaux de sous-traitance étaient, en moyenne, 6% moins chers que les estimations faites par la Ville. À l'inverse, les prix proposés par les entrepreneurs généraux qui n'avaient pas fait l'objet d'une soumission au BSDQ étaient en moyenne 30% plus élevés que les estimations municipales.

Maxime Pedneaud-Jobin explique que les analyses faites pour comprendre l'écart de prix entre les estimations de la Ville et les premières soumissions ont permis à la Ville de découvrir quelque chose qui, jusque-là, passait sous le radar. De toutes les régions du Québec, l'Outaouais est de très loin celle qui échappe le plus au contrôle et à la transparence du BSDQ.

«Nous cherchions une stratégie pour brasser les cartes et changer la dynamique qui faisait que les prix étaient beaucoup plus élevés qu'ailleurs, explique le maire. Nous comprenons que ce que nous faisons est une nouveauté, mais on constate l'absence d'assujettissement au BSDQ aussi. Il se pourrait bien qu'il y ait un lien entre ça et les prix. Donc nous essayons. Nous forçons l'assujettissement de tout le monde.»

Écarts de prix dans le premier appel d'offres

Prix déposés au BSDQ : -6 % par rapport aux estimations

Prix négociés avec les entrepreneurs généraux (hors BSDQ) : +30 % par rapport aux estimations

Source : Ville de Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer