Logement social: Gatineau s'inquiète

Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy, a tiré... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy, a tiré la sonnette d'alarme mardi soir, lors de la réunion du conseil.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les signes de désengagement de Québec et Ottawa dans le logement social sèment une certaine inquiétude à la Ville de Gatineau.

Le coordonnateur de Logemen'occupe, François Roy, a indiqué, mardi, lors de la séance du conseil municipal de Gatineau, que la Société d'habitation du Québec (SHQ), ainsi que le cabinet du ministre Pierre Moreau, remettaient en question le programme Accès logis qui a permis la construction de centaines d'unités de logements sociaux à Gatineau au fil des ans. 

La conseillère Myriam Nadeau a confirmé que Québec semble vouloir «reculer» sur certains aspects du programme, notamment sur la majoration des coûts de construction. Actuellement, Québec verse l'argent aux villes en fonction des coûts de construction de 2008. 

«Le logement c'est une préoccupation de toutes les villes au Québec et au Canada, a précisé le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. Ces deux paliers de gouvernement donnent des signes de désengagement et cela va finir par nous retomber sur les épaules. Le logement doit être un enjeu de la prochaine campagne électorale au fédéral.»

Le maire précise que si les paliers de gouvernements supérieurs passent de la parole aux actes et réduisent de façon importante leur contribution, l'objectif de la Ville de Gatineau en matière de construction de logement social pourrait être «fragilisé».

Le rôle d'Entraide familiale Outaouais

Gatineau reconnaît que l'organisme Entraide familiale Outaouais est un outil important sur le territoire de la Ville pour lutter contre la pauvreté. Le maire n'est toutefois pas prêt à investir des deniers publics pour relancer l'organisme qui a dû fermer ses portes pour une durée indéterminée il y a quelques semaines.

«À partir du moment où Québec ne finance plus, est-ce que c'est la Ville qui doit le faire, demande-t-il. Si on se met à remplacer Québec tout le temps partout, on va sortir de notre juridiction. Nous allons suivre ça de très près, mais nous devons demeurer dans le cadre de nos responsabilités, sinon nous encourageons Québec à continuer de nous pelleter ses responsabilités.»

La Ville souhaite tout de même être partenaire de la relance d'Entraide familiale Outaouais. Le conseiller Stéphane Lauzon va d'ailleurs assister jeudi à une rencontre pour la relance de l'organisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer