Les résidents s'opposent

Le conseiller du secteur Buckingham, Martin Lajeunesse, ne... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Le conseiller du secteur Buckingham, Martin Lajeunesse, ne s'attendait pas à une telle opposition.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le projet de citation du domaine MacLaren, dans le secteur Buckingham, est loin de faire l'unanimité. Une quarantaine de résidents du quadrilatère des rues Georges, MacLaren Ouest, Bridge et Kenny ont clairement fait savoir hier soir au comité consultatif de la Ville de Gatineau (CCU) qu'ils ne voulaient pas voir leur propriété inscrite à un règlement de sauvegarde patrimonial.

Les résidents rassemblés au centre de services du secteur Buckingham ont profité de la consultation publique pour faire valoir leur opposition au projet. Rappelons que le règlement de citation s'inscrit dans une démarche de la Ville de Gatineau visant à protéger les derniers vestiges du grand domaine des MacLaren, soit les propriétés situées au 13, rue Bridge et 595, rue Georges, ainsi qu'une partie du parc immobilier environnant.

Selon le règlement de citation prévu, 97 propriétés du quadrilatère auront à se soumettre à de nouvelles exigences en matière d'urbanisme. S'il est adopté, les interventions portant sur la réparation, l'agrandissement ou la rénovation d'un bâtiment, la division, la subdivision, l'implantation ou le morcellement d'un terrain, l'implantation d'une nouvelle construction et la modification de l'aménagement extérieur d'un terrain devront maintenant faire l'objet d'une approbation du conseil municipal.

Dans le but de conserver le cachet patrimonial des bâtiments, la restauration des éléments extérieurs serait également «privilégiée». Un préavis minimum de 45 jours serait aussi nécessaire pour obtenir un permis auprès de l'administration municipale. Les opposants au projet estiment que la nouvelle réglementation serait trop contraignante et qu'elle risque de diminuer la valeur des propriétés en question. Ils craignent aussi qu'il en coûte plus cher à entretenir leur demeure.

«Nos assurances vont augmenter avec ça. Ne venez pas me dire que nos maisons vont prendre de la valeur. Quand on va venir pour revendre, on va devoir expliquer au nouveau propriétaire qu'il devra demander la permission à vous pour changer quelque chose à l'extérieur. [...] Déjà que c'est difficile de revendre des vieilles maisons, c'est encore un autre problème. Il n'y a rien de bon là-dedans», a lancé un résident, Ernest Bastien, qui possède maison datant de 1898.

L'échevin du secteur Buckingham, Martin Lajeunesse, a indiqué après la rencontre qu'il ne s'attendait pas à une telle opposition. La citation pourrait être reportée, alors que le site des MacLaren est déjà protégé à un certain degré par le Plan d'implantation et d'intégration architectural en vigueur, a-t-il dit. «On va travailler sur l'information et voir quelles sont les prochaines étapes. Comme c'est là, la majorité des gens s'opposent au projet. Je pense que le CCU a très bien compris la position des citoyens.»

Le CCU doit déposer son rapport au conseil municipal à la fin du mois. Celui-ci devra prendre position sur la question lors de la séance du 17 février.

La Ville de Gatineau compte déjà huit sites patrimoniaux sur son territoire.

bsabourin@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer