Gatineau dénonce les coupes de Québec dans un dépliant

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin s'est dit tout à... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin s'est dit tout à fait à l'aise avec cette utilisation des fonds publics. «On doit défendre les intérêts de la Ville avec tous les moyens qui sont à sa disposition.»

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une brochure d'information distribuée aux citoyens par la Ville de Gatineau dénonce la façon «cavalière» avec laquelle le gouvernement du Québec «s'est attaqué à la structure financière» de la municipalité avec le pacte fiscal transitoire 2015.

Ce pamphlet imprimé et distribué au coût de 28000$ par la Ville se veut d'abord un document d'information sur le budget adopté par le conseil municipal le 9 décembre dernier. On y rappelle les grandes lignes du budget et on y explique la hausse des taxes municipales.

L'endos du document distribué aux quatre coins de la ville est cependant très critique envers le gouvernement du Québec qui a coupé 6 millions $ dans ses transferts à la Ville de Gatineau à la veille des discussions budgétaires de novembre dernier.

«Ce que le gouvernement du Québec a appelé le pacte fiscal transitoire 2015, nous l'appelons le recul fiscal imposé, peut-on lire. En s'attaquant aux compensations de taxes et au remboursement de TVQ qui nous reviennent, le gouvernement du Québec s'est attaqué à notre structure financière de base, tout ça de façon tout à fait cavalière, sans aucun préavis, à quelques jours à peine de la présentation du budget. Il est vital pour la santé financière des villes que Québec arrête de donner des responsabilités aux villes tout en réduisant leurs revenus.»

En entrevue avec LeDroit, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, s'est dit tout à fait à l'aise avec cette utilisation des fonds publics. «On doit défendre les intérêts de la Ville avec tous les moyens qui sont à sa disposition, a indiqué le maire. Dans ce cas-là, c'est encore plus pertinent parce que le gouvernement a fait, c'est de ne plus nous payer pour certains services que lui rend la Ville. Les citoyens doivent savoir ça et c'est tout à fait correct qu'on le fasse avec les moyens de communication municipaux.»

Le cabinet du maire de Gatineau a ajouté que M. Pedneaud-Jobin avait décidé de ne pas acheter de publicité dans les médias pour offrir ses voeux des Fêtes cette année. «L'ancien maire Marc Bureau avait dépensé 29000$ pour ça une année», rappelle l'attachée de presse du maire, Laurence Gillot. Les coûts du dépliant sur le budget auront donc été financés à même ces économies.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer