« #JeSuis79Fraser », écrit Duggan

Mike Duggan a affirmé quele 79, Fraser est... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Mike Duggan a affirmé quele 79, Fraser est comme son Charlie Hebdo.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, est tombé à bras raccourcis sur le conseiller Mike Duggan, vendredi, en l'accusant de manquer de jugement et surtout de respect aux victimes du massacre du Charlie Hebdo.

La tempête a pris naissance sur le compte Twitter du conseiller aylmerois. Jeudi, M. Duggan a utilisé le mot-clic #JeSuis79Fraser, en référence au mot-clic qui a déferlé sur le monde entier dans les minutes suivant le drame qui a assombri Paris et une bonne partie du monde, la semaine dernière.

«Le 79, chemin Fraser, c'est un peu comme mon Charlie Hebdo à moi, a affirmé M. Duggan, en entrevue avec LeDroit. J'ai reçu des menaces du cabinet du maire de Gatineau l'été dernier. On a brimé ma liberté d'expression et de parole. On me menaçait de me traîner devant les tribunaux et de me retirer mon poste de conseiller si je dévoilais certaines informations dans le dossier. Le maire est hypocrite quand il dit qu'il est Charlie. Pour lui, la liberté de parole, c'est bon pour les uns et pas bon pour les autres.»

Maxime Pedneaud-Jobin est d'avis que le conseiller Duggan a bien le droit de s'exprimer, mais il se réserve le droit de dire que les propos du conseiller sont «inappropriés». «C'est une erreur de jugement de sa part, a lancé le maire. Il y a des comparaisons qui ne devraient pas se faire. Sa comparaison [avec Charlie Hebdo] n'a pas de bon sens. On parle d'un deuil national important en France, on a des gens qui ont souffert, des familles ont souffert et des principes fondamentaux de notre vie en société ont été attaqués. La comparaison que fait Mike Duggan ne tient pas la route d'aucune espèce de façon et c'est un manque de respect aux victimes d'agir de la sorte.»

La sortie de Mike Duggan sur Twitter survenait au moment où on apprenait que les frais juridiques de la Ville dans les deux poursuites auxquelles elle doit faire face dans le dossier du 79, chemin Fraser, allaient être assumés à même une police d'assurance que détient la municipalité.

M. Duggan s'est dit surpris d'apprendre ça plusieurs mois après que le conseil eut approuvé la controversée dérogation mineure. «Le maire disait toujours agir ainsi pour protéger les contribuables, insiste M. Duggan. Si nous avions été au fait de cette police d'assurance, peut-être que certains conseillers auraient voté contre la fameuse dérogation mineure.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer