Gatineau reverra son aide aux grands événements

Le Français Benoit Chauvet a dominé l'épreuve du... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le Français Benoit Chauvet a dominé l'épreuve du 55 km classique samedi matin alors que la Gatineau Loppet se mettait en branle sur son nouveau parcours linéaire.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Certains événements financés par la Ville de Gatineau pourraient voir leur subvention disparaître en 2016.

Pour l'année qui vient, Gatineau versera 712000$ afin de financer 17 grands événements qui se dérouleront sur son territoire. La Gatineau Loppet, le Festibière de Gatineau, les Merveilles de sable, l'Auto-Show et les Grands Feux du Casino du Lac-Leamy sont au nombre de ces événements.

Des voix se sont cependant élevées autour de la table du conseil municipal hier. Certains ont questionné l'ampleur du financement de certains événements, quand ce n'était pas la pertinence même de subventionner un événement ou un autre. Les élus se sont bien gardés de cibler un événement en particulier, mais une réflexion vient de s'amorcer.

Les élus souhaitent que le Service des arts et de la culture revoie en profondeur les critères sur lesquels se base la Ville pour accepter de verser du financement ou non. L'exercice doit se faire au courant de l'année.

«Le prétexte que l'événement existe depuis les anciennes villes et que c'est pour ça qu'on continue de le financer n'est pour moi pas une justification, a lancé le conseiller Daniel Champagne. On veut se donner une identité à Gatineau et nous avons un programme précis en ce sens. Il faut que les promoteurs de ces événements se questionnent sur ce qu'ils apportent à Gatineau, à l'identité de la ville. Ils doivent cesser de tenir pour acquis qu'ils recevront du financement uniquement parce que nous les financions année après année.»

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a expliqué que le conseil souhaite avoir plus de flexibilité dans la façon dont il détermine quels sont les événements à financer et à quelle hauteur le faire. «Oui à l'équité, dit-il, mais en même temps, il y a peut-être des événements qui permettent une plus grande visibilité pour la ville et qui sont plus identitaires.»

Il rappelle que certains événements ont un caractère identitaire important dans les secteurs de la Ville. Il ajoute toutefois certains de ces événements pourraient être financés autrement. Sans le dire explicitement, il admet que certains promoteurs pourraient voir leur financement réduit ou coupé. «À partir du moment où on fait des choix, il y a des choses comme ça qui peuvent se produire», dit-il.

Mabelanger@LeDroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer