Embellie sur les régimes de retraite

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, soutient que... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, soutient que les bons rendements des marchés financiers ont permis d'améliorer la santé des régimes de retraite des employés municipaux.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Droit

Le déficit total des régimes de retraite des employés municipaux de la Ville de Gatineau a fondu comme neige au soleil entre 2012 et 2013.

De 200 millions$ au 31 décembre 2012, le déficit est passé à 65 millions$ à la fin de 2013, selon les toutes dernières données actuarielles publiées hier par la Ville de Gatineau.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a affirmé, à plusieurs reprises par le passé, que ce déficit représentait une des plus grandes menaces pour la santé financière de la Ville de Gatineau. Malgré l'embellie démontrée hier, il continue de croire que la Loi 3 sur l'avenir des régimes de retraite est nécessaire.

«Nous parlions d'un déficit de 200 millions$ sur un budget municipal d'environ 550 millions$, dit-il. C'était énorme. Il était de notre responsabilité de gestionnaire de s'y attaquer et de trouver des solutions. On ne pouvait pas laisser la santé financière de la Ville entre les mains du hasard.»

Le maire a indiqué que les rendements des marchés ont permis de grandement améliorer la santé des régimes de retraite des employés municipaux. Il ajoute que la Ville a aussi versé 20 millions$ par année, pendant quatre ans, pour éponger le déficit qui était en croissance. «Il faut rester prudent, note-t-il. Si une autre crise comme celle de 2008 devait survenir, nous pourrions rapidement retomber dans un déficit de 200 millions$. C'est pour ça que la Loi 3 est importante.»

Près de la moitié du déficit total des régimes de retraite provient de la caisse de retraite des cadres et professionnels (30,2 M$). Suivent les cols blancs (14,9 M$), les policiers (12,2 M$), les pompiers (5,5 M$) et les cols bleus (2,2 M$).

Le président du syndicat des cols blancs de la Ville de Gatineau, Marc Demers, précise que ses membres devront faire un effort important pour combler les déficits passés. «Ça ne sera pas facile pour nos membres, dit-il. Les cotisations au régime devront augmenter, et nous devrons aussi faire un effort supplémentaire pour éponger les déficits passés. Ça pourrait représenter de 3% à 5% par paie pour nos membres.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer