«Incohérent», dit le conseiller Carrière

Gatineau investit annuellement environ un million de dollars... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Gatineau investit annuellement environ un million de dollars pour offrir 89 patinoires extérieures sur l'ensemble de son territoire. Ci-dessus, la toute nouvelle patinoire du ruisseau de la Brasserie.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Contrairement à d'autres, le conseiller municipal de Masson-Angers, Marc Carrière, ne déborde pas d'enthousiasme à quelques heures de l'ouverture officielle de la patinoire du ruisseau de la Brasserie. Au contraire, il juge que la Ville de Gatineau et son comité exécutif frisent l'incohérence dans ce dossier.

«La patinoire du ruisseau ne respecte pas la logique que s'est donnée le conseil, lance-t-il. On ne peut pas parler des deux côtés de la bouche en même temps. Nous avons adopté un plan de déploiement des patinoires, il aurait fallu le respecter et le tester dans la réalité avant tout.»

Gatineau investit annuellement environ un million de dollars pour offrir 89 patinoires extérieures sur l'ensemble de son territoire. En juin dernier, le conseil municipal a adopté un nouveau plan de déploiement de ses patinoires. Le principe des deux patinoires jumelées par district (une avec bandes et l'autre sans bande) a été aboli. La Ville a aussi mis fin à la location de roulottes chauffées et de toilettes chimiques parce qu'elle jugeait leur utilisation peu concluante. On demandait aussi une meilleure prise en charge par le milieu afin que des organismes à but non lucratif s'occupent de l'entretien de certaines patinoires de proximité.

Il en a résulté des économies annuelles de 170000$. «Nous avons coupé dans plusieurs services qu'on offrait, note M. Carrière. Et là, le comité exécutif s'est tourné de bord et a pris ces économies pour autoriser une dépense de 120000$ pour une seule patinoire, celle du ruisseau. Nous avons coupé des services dans nos secteurs pour plaire à qui au juste? À un groupe d'individus? À un groupe de commerçants du centre-ville? Le message que nous avons envoyé en juin, c'est de demander aux milieux de se prendre en main pour se doter de patinoires. Si les gens d'affaires voulaient une patinoire au ruisseau, ils auraient pu eux aussi se prendre en main et se la payer.»

Marc Carrière est d'avis que la Ville a voulu avancer trop rapidement avec la patinoire du ruisseau. Il craint que la rationalisation dans le déploiement des patinoires ait des impacts négatifs dans les quartiers. «Nous ne savons pas si notre nouveau plan va bien fonctionner, dit-il. Nous n'avons pas pris le temps d'analyser ses effets sur le terrain et presque toutes les économies vont déjà à la patinoire du ruisseau. Nous ne pourrons plus reculer avec le ruisseau. Que ferons-nous si notre plan ne fonctionne pas dans les quartiers?»

Développer une identité gatinoise est un principe important pour le maire Maxime Pedneaud-Jobin, rappelle M. Carrière. «Nous le disons aussi dans notre beau programme de conseil, ajoute-t-il. Mais je ne suis pas sûr que les gens de Templeton ou de Masson-Angers vont partir en famille pour aller patiner sur le ruisseau. Pour eux, tant qu'à être rendu là, aussi bien faire quelques minutes de plus et aller patiner sur la patinoire la plus prestigieuse du monde, le canal Rideau, à Ottawa.»

Le conseiller de Masson-Angers se questionne aussi sur l'ardeur à la tâche que met l'entrepreneur embauché par la Ville pour s'occuper d'une cinquantaine de patinoires. «Au parc Saint-Gérard, les gens patinent depuis le 31 décembre sur la patinoire entretenue par les bénévoles de l'endroit, précise-t-il. À proximité, au parc Martin-Larouche, il n'y a pas encore un seul jet d'eau qui a été envoyé sur la patinoire pour laquelle la ville paie un entrepreneur. Ce n'est pas normal. Avec la température qu'on a actuellement, on devrait être en mesure de patiner sur toutes nos patinoires, surtout celles pour lesquelles nous dépensons de l'argent.»

Patinoires «de proximité»

24 patinoires

Entretenues par des organismes à but non lucratif

Dépense totale pour l'entretien: 82500$

Patinoires sous-contractées

51 patinoires

Entretenues par la firme Paysagiste Mathis

Dépense totale pour l'entretien: 510027$ (contrat de trois ans)

Patinoires de la Ville de Gatineau

14 patinoires

Entretenues par les cols bleus

Dépense totale: impossible à déterminer

Patinoire du ruisseau de la Brasserie

Une patinoire de 130000 pieds carrés

Entretenue par la firme Déneigement Pro Expert

Dépense totale: 120723$

Source: Ville de Gatineau

Partager

À lire aussi

  • La patinoire du ruisseau enfin ouverte<strong></strong>

    Ville de Gatineau

    La patinoire du ruisseau enfin ouverte

    Ce n'est pas seulement une patinoire que le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, disait inaugurer hier, dans un froid polaire, au milieu du... »

  • Le ruisseau arrosé de nuit

    Ville de Gatineau

    Le ruisseau arrosé de nuit

    La patinoire du ruisseau de la Brasserie pourra dorénavant être arrosée pendant la nuit, à moins d'un revirement inattendu au comité exécutif de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer