Construction: Gatineau demande une contre-expertise sur une enquête interne

La Ville de Gatineau pourrait avoir détecté une autre pratique douteuse pour... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Gatineau pourrait avoir détecté une autre pratique douteuse pour certains contrats octroyés dans le secteur de la construction, entre 2008 et 2013.

En mai dernier, LeDroit révélait que la haute direction de la Ville et le comité exécutif avaient confié un important mandat de vérification à son Service des finances qui devait revoir tous les contrats donnés au cours des six dernières années aux firmes de «contrôle des matériaux» sur les chantiers de construction.

Le Service des finances devait vérifier si la pratique des «prix non proportionnés» est en vigueur à Gatineau depuis plusieurs années afin d'analyser l'écart entre les quantités réelles et les quantités estimées pour les contrats de ce type.

LeDroit a appris que cette enquête interne est maintenant terminée. La Ville de Gatineau veut maintenant faire vérifier ses conclusions par une firme indépendante.

«L'analyse réalisée à l'interne est maintenant terminée, a confirmé Cynthia Lauzon, porte-parole au Service des communications de la Ville de Gatineau. Le tout a été soumis à une firme de juricomptables dans le but d'obtenir une contre-expertise sur notre démarche et nos conclusions.»

Le rapport de cette firme doit être rendu public d'ici le printemps, soutient la Ville de Gatineau.

Les firmes visées par cette enquête offrent des services professionnels de laboratoire. Elles ont le mandat d'analyser les matériaux de type granulaire, de béton et de pavage. Ce sont aussi ces firmes qui sont chargées de déterminer la quantité de terre contaminée sur un site lorsqu'il y a lieu.

Offres louches

Ce sont des offres de prix en lien avec des travaux de réfection sur le boulevard Saint-Joseph si basses qu'elles étaient devenues louches aux yeux de l'administration qui ont forcé la Ville à approfondir ses analyses. «L'anomalie, dans ce cas, est suffisamment profonde pour vouloir faire plus que clarifier quelques points, avait alors précisé le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. C'est 42% plus bas que ce que nous avions estimé. Ça peut paraître être une bonne nouvelle, mais ça peut en cacher une mauvaise pour les contribuables. Il y a trop de choses qu'on s'explique mal, notamment que certains services sont offerts à un cent, tandis que d'autres le sont à 150$. Ça nous apparaît anormal.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer