Gatineau est bien au fait des trucs des assureurs

Le chef de la section des réclamations à la Ville de Gatineau, Claude Fortier,... (Étienne Ranger, archives LeDroit)

Agrandir

Étienne Ranger, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le chef de la section des réclamations à la Ville de Gatineau, Claude Fortier, a passé 30 ans de sa vie comme expert en sinistre. Il dit connaître tous les trucs des compagnies d'assurance pour soutirer le plus d'argent possible aux organisations publiques et à leurs assurés.

Visiblement, il ne porte pas ces compagnies dans son coeur.

«Les compagnies d'assurance veulent nous poursuivre à outrance, sans très souvent avoir une seule preuve de ce qu'elles avancent, affirme M. Fortier. Elles exercent peu de contrôle sur l'évaluation des travaux qu'elles font faire. Régulièrement, elles n'envoient même plus d'expert en sinistre. Elles envoient directement l'entrepreneur. Il n'est pas rare que ce dernier, qui a pratiquement carte blanche, se lance dans des travaux à ne plus finir. Des réclamations de 30000$ pour un simple petit dégât d'eau, j'en vois passer. Souvent, par la suite, quand nous faisons notre propre évaluation, on se rend compte que les travaux ne valent pas la moitié de ce qui est réclamé.»

Les chiffres parlent d'eux-mêmes à Gatineau. Depuis 2007, la Ville a reçu 2237 réclamations pour dommages à la propriété. La plupart du temps, il s'agit de refoulements d'égouts ou d'inondations. La totalité des réclamations dépassait les 10 millions de dollars. Gatineau a versé, au final, 743793$ dans 273 dossiers différents.

«C'est épouvantable à quel point les gens sont mal conseillés par leur assureur, lance M. Fortier.

«Les compagnies paient n'importe quoi pour s'éviter du trouble et pour conserver leurs assurés. Ensuite, ou bien elles refusent d'assurer leur client pour dégât d'eau, par exemple, ou bien elles augmentent de manière importante les primes.»

L'expert en sinistre de formation est d'avis que bien des gens sont mal desservis par les compagnies d'assurance. Selon lui, les gens déboursent beaucoup d'argent pour s'assurer, sans vraiment savoir comment ça fonctionne. «Quand survient un sinistre, les gens sont pris au dépourvu s'ils n'acceptent pas de se tenir debout devant leur assureur.»

Mabelanger@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer