Le Déjeuner du maire n'atteint pas ses objectifs

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, et sa... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, et sa conjointe, Pascale Landry, ont accueilli les participants du 22e Déjeuner du maire.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La bonne humeur régnait aux tables du 22e Déjeuner du maire, des tables bondées. En coulisse toutefois, c'est l'inquiétude qui régnait alors que l'activité caritative ne pourra fournir suffisamment de paniers de denrées pour répondre aux besoins à travers la ville.

La vente de billets pour l'événement en soit s'est déroulée comme sur des roulettes. Plus de 1500 personnes sont venues casser la croûte au Hilton Lac-Leamy, hier matin. C'est la perte de certains commanditaires qui a fait le plus mal, estime le président de la Corporation du Déjeuner du maire, Guy Nadon.

«On va donner environ 300 paniers de Noël de moins, une baisse d'à peu près 25%. Comme un panier nourrit deux personnes et demie à peu près, c'est entre 600 et 700 personnes de moins qu'on peut aider», explique M. Nadon.

La Société Saint-Vincent de Paul, chargée de distribuer les paniers, devra faire certains compromis pour satisfaire le plus grand nombre. D'un côté, le président du conseil particulier d'Aylmer, André Sirois, se fait rassurant. Il affirme que les dons et les denrées recueillis pendant la grande à des médias suffiront à combler le manque.

Le président du conseil de Gatineau, Michel Olivier, est toutefois moins optimiste pour les secteurs de Hull et Gatineau. Il affirme que son équipe et lui devront réduire les portions dans chaque panier pour assurer d'offrir quelque chose à tout le monde.

«On a jonglé avec l'idée de retirer le panier à certaines personnes dont les besoins sont moins urgents, mais ça n'avait aucun sens. À qui les enlève-t-on? On fait déjà un tri des demandes et ceux qui sont retenus ont de réels besoins. On ne pouvait enlever le panier à des gens quand on leur a promis.»

Guy Nadon estime que le conseil d'administration de la Corporation du Déjeuner du maire aura du pain sur la planche dans la prochaine année. Il espère trouver de nouvelles stratégies pour éviter que la situation se reproduise

jpaquette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer