Centre sportif: Decarel et Gatineau tentent de régler à l'amiable

En février 2011, Decarel a déposé une poursuite de... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

En février 2011, Decarel a déposé une poursuite de 27 millions$ contre Gatineau dans le dossier du centre sportif.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Très peu d'informations ont filtré de la tentative de règlement à l'amiable entre la Ville de Gatineau et l'entrepreneur général Decarel dans le dossier hautement judiciarisé du centre sportif.

Le juge en chef de la Cour supérieure du Québec, François Rolland, s'est déplacé à Gatineau spécifiquement pour participer à une conférence de règlement à l'amiable entre les deux parties cette semaine. Il s'agissait de la troisième tentative de la sorte dans le dossier.

Si les deux premières tentatives s'étaient soldées par de retentissants échecs - le processus prenait fin dès le début de l'exercice -, les signes sont plus encourageants cette fois-ci. Selon nos informations, les discussions qui se sont amorcées mardi matin au palais de justice de Gatineau se sont poursuivies jusqu'à tard mercredi.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin n'a pas voulu commenter le processus, prétextant que le dossier est judiciarisé. Il n'a pas fermé la porte à un règlement hors cour, mais à la condition que les contribuables gatinois en ressortent gagnants.

«Je n'ai pas la volonté de régler quoi que ce soit à tout prix, a-t-il insisté. On va voir comment ça se passe et si c'est dans l'intérêt des citoyens, nous signerons une entente, sinon, on se retrouvera en cour. Pour moi l'objectif n'est surtout pas de céder dans tout, tout le temps, juste pour s'enlever des poursuites de sur les épaules. Mon objectif, c'est que les citoyens soient bien défendus.»

Le maire reconnaît que le processus juridique peut s'avérer coûteux en honoraires d'avocats. Selon nos informations, la Ville de Gatineau aurait dépensé plus d'un million de dollars par année en honoraires, depuis quatre ans, dans ce dossier. «Ce n'est pas parce que c'est coûteux qu'on va céder aux entrepreneurs, dit-il. Nous avons des droits, nous nous attendions à certaines choses et le citoyen doit être respecté.»

En 2011, Decarel a déposé une poursuite de 27 millions $ contre la Ville de Gatineau dans le dossier du centre sportif. Gatineau a contre-attaqué par une autre poursuite de 9 millions $ contre l'entrepreneur général.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer