Rejets de soumissions: des économies de 600000 $

Le rejet de soumissions le plus médiatisé est... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le rejet de soumissions le plus médiatisé est sans aucun doute celui du centre multifonctionnel, survenu en mai dernier.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les élus de Gatineau se targuent de faire une gestion très serrée des dépenses et n'hésitent plus à carrément refuser des soumissions et à relancer des appels d'offres lorsqu'ils jugent ne pas en avoir pour leur argent ou encore qu'un fournisseur tente de leur en passer une petite vite.

Jusqu'ici, cette attitude du conseil a permis d'économiser, cette année, un peu plus de 600 000 $, uniquement sur trois contrats. C'est ce que révèle une compilation exhaustive faite par le service des communications de la Ville de Gatineau à la demande du Droit. Des 14 soumissions rejetées en 2014, neuf l'ont été en raison de prix jugés trop élevés.

« Les gens qui veulent faire des affaires avec la Ville de Gatineau doivent respecter la rigueur avec laquelle nous octroyons nos contrats, a affirmé le vice-président du comité exécutif de la Ville, Gilles Carpentier. Je n'hésiterai jamais à refuser une soumission si j'ai des doutes, et ce même si nos services et les fournisseurs doivent refaire leurs devoirs. Une firme qui pèse trop fort sur le crayon dans une soumission, ça ne passe pas au comité exécutif. »

M. Carpentier et la Ville de Gatineau ne sont toutefois pas en mesure de quantifier le coût administratif relié à la préparation de nouveaux appels d'offres. « Les économies sont réelles, dit-il. C'est certain qu'il y a un dédoublement d'efforts, mais c'est fait pour les bonnes raisons. Intuitivement, on peut voir que les économies sont probablement substantielles. »

Centre multifonctionnel

Le rejet de soumissions le plus médiatisé est sans aucun doute celui du centre multifonctionnel, survenu en mai dernier. Tous les documents ont depuis été transférés par la Ville à l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Ce dossier doit d'ailleurs revenir, ce matin, à la table du comité exécutif. Les élus doivent se pencher sur deux nouvelles soumissions reçues pour le centre multifonctionnel. L'une pour la fourniture et l'installation de sièges, dont la plus basse se situe à 1,37 million $, et une autre pour la fourniture et l'installation de bandes pour un prix plus bas offert de 441 000 $.

La Ville de Gatineau, dans le cadre d'une nouvelle stratégie d'approvisionnement devant permettre un rapprochement avec le budget identifié de 53 millions $ pour la construction du centre multifonctionnel, avait décidé de retirer ces deux achats de l'appel d'offres général qui doit, lui, être publié dans quelques semaines.

À la vue des offres pour les sièges et les bandes, le président de la firme Ed Brunet, Raymond Brunet, a affirmé que la Ville ne fait pas d'économie sur ces deux contrats et qu'elle obtient essentiellement le même prix qu'il avait lui-même reçu dans le cadre de son offre de prix à la Ville. La stratégie mise de l'avant par la Ville n'aurait donc eu que peu d'effet jusqu'à maintenant. L'information détaillée de ces deux fournitures à l'intérieur des anciennes soumissions n'étant pas publique, il a été impossible pour LeDroit de vérifier ces renseignements.

Gilles Carpentier, à l'instar de ses collègues, du maire et de toute l'administration, ne souhaite pas entrer dans les détails entourant le nouvel appel d'offres général concernant le centre multifonctionnel. La nouvelle stratégie d'approvisionnement déterminée par la Ville demeure pour l'instant secrète, en grande partie. « Je pense que la stratégie va fonctionner, mais ça reste à voir, affirme le vice-président du comité exécutif. On ne sait pas comment le marché va réagir, mais notre processus sera clairement plus compétitif. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer