79 Fraser: le propriétaire réclame 3,36 millions $ à Gatineau

Le propriétaire de l'endroit, Patrick Molla, affirme qu'il... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le propriétaire de l'endroit, Patrick Molla, affirme qu'il lui est impossible de vendre sa maison.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

S'estimant victime d'une erreur de la Ville de Gatineau, le propriétaire du 79, chemin Fraser, Patrick Molla, et sa famille traînent la municipalité devant les tribunaux et exigent 3,63 millions de dollars en dommages et intérêts.

La requête a été officiellement déposée au palais de justice de Gatineau vendredi.

Le document préparé par les avocats de M. Molla, dont LeDroit a obtenu copie, permet de jeter un nouvel éclairage sur la saga du 79, chemin Fraser.

Le propriétaire affirme que la Ville de Gatineau a commis une erreur en lui accordant un permis de construction. La faute, selon la requête, est d'abord et avant tout d'avoir tenté de dissimuler cette erreur. L'avocat de Patrick Molla soutient que ce sont les employés du service d'urbanisme qui lui ont suggéré de demander une dérogation mineure en raison «d'une erreur purement technique». On l'aurait alors avisé qu'il pouvait poursuivre les travaux sans crainte.

Le représentant légal de M. Molla souligne également que la demande de dérogation mineure a été faite par les employés de la Ville de Gatineau. Ils ont offert de remplir la demande pour le propriétaire du 79, chemin Fraser afin de tenter de réparer leur erreur.

M. Molla soutient que sa maison est désormais ciblée en raison de la couverture médiatique de ses déboires avec la Ville. Il affirme qu'il lui est désormais impossible de la vendre et qu'il n'est plus rare d'apercevoir des curieux se masser devant et sur son terrain, le prendre en photo et, parfois, l'insulter.

Patrick Molla rappelle également qu'il doit se défendre devant les tribunaux avec les poursuites entamées par ses voisins. Dans la requête, ses avocats et lui attribuent tous ces troubles aux erreurs de la Ville de Gatineau et demandent réparation.

Patrick Molla et sa famille réclament ainsi 3 360 000 $ à la Ville de Gatineau en frais de dommages et intérêts, dont 2 950 000 $ pour les frais de construction et 250 000 $ pour les troubles et le stress causé par cette affaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer