Fonderie: la conseillère Goneau croit que le maire fait fausse route

La conseillère Sylvie Goneau attaque de front le maire de Gatineau sur le... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conseillère Sylvie Goneau attaque de front le maire de Gatineau sur le dossier du marché public de la Fonderie.

Elle reproche à Maxime Pedneaud-Jobin de mal maîtriser le dossier et l'accuse d'aller «à l'encontre des positions et des convictions profondes de son propre parti», en refusant de faire du marché public de la Fonderie, l'une des priorités dans le centre-ville pour les quatre prochaines années.

Le maire de Gatineau a répété, mardi, que les 32 millions de dollars réservés pour le centre-ville n'iraient qu'aux deux priorités identifiées par le conseil; le ruisseau de la Brasserie et le secteur Laval/Aubry. Il a cependant ajouté que le projet pourrait faire partie de la planification à long terme du développement du centre-ville.

«Je ne sais pas qui d'autre doit appuyer le projet pour que le maire réalise que les citoyens de Gatineau méritent et attendent un marché public», a déclaré Mme Goneau dans un communiqué publié en début d'après-midi. Il est grand temps que la Ville de Gatineau cesse de reporter ses projets. Le marché public est une vraie activité structurante pour la Ville et le maire doit permettre à ce projet de se concrétiser.»

Le maire contre-attaque

Par la voie de son attachée de presse, le maire de Gatineau a voulu rapidement remettre les pendules à l'heure, en fin de journée. «Les priorités ont été décidées par le conseil municipal, a rappelé Laurence Gillot. Nous n'allons pas mettre le toit avant la fondation, et la fondation c'est la revitalisation [du ruisseau et du secteur Laval/Aubry].»

Mme Gillot ajoute que le maire ne va pas à l'encontre des «convictions profondes de son parti» en remettant à plus tard le marché de la Fonderie. «Action Gatineau n'a jamais statué sur le projet de la Fonderie, a-t-elle précisé. Ce que nous avons demandé, en campagne, c'est qu'un organisme de concertation des marchés publics soit mis en place à Gatineau.»

Le milieu prêt à attendre

La conseillère rappelle que le projet pour lequel un montant de 600 000 $ a été réservé reçoit un large appui dans la communauté et qu'il serait un outil important à mettre à la disposition du milieu agricole de la région. Elle cite au passage le Marché du Vieux-Hull comme organisme appuyant le projet.

Or, la directrice générale du Marché du Vieux-Hull, Dominique Myre, est prête à patienter encore quelques années avant de faire du marché public de la Fonderie une priorité. «Je ne peux pas être contre, ça fait des années qu'on demande un marché permanent, mais il faut un contexte favorable pour le réaliser. Il faut que ça se fasse dans un secteur où les gens vivent, travaillent et consomment. Pour l'instant, le secteur de la Fonderie n'a rien de tel à offrir. Il faut d'abord revitaliser le secteur.»

Mme Myre ajoute que le conseil municipal ne se trompe pas en voulant prioriser le ruisseau de la Brasserie et le secteur Laval/Aubry. Elle rappelle que ça fait plus de 15 ans que des projets attendent d'être réalisés à ces endroits. «Il n'y a pas d'urgence à développer le secteur de la Fonderie, mais sur Laval il y a plein de petits commerçants qui ont besoin d'aide depuis longtemps, dit-elle. Et entre-temps, notre marché sur la rue Laval attire plus de 4000 personnes chaque jeudi.»

Selon Mme Goneau, en mettant sur les tablettes le projet du marché public de la Fonderie, le maire prive les agriculteurs de la région d'un outil de soutien économique, ainsi que d'un moyen pour la Ville de faire la promotion d'une saine alimentation et d'attirer des touristes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer