L'élargissement du chemin Pink ira de l'avant

Québec investira  un montant de 338000 $ pour l'élargissement... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Québec investira  un montant de 338000 $ pour l'élargissement du chemin Pink.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'élargissement du chemin Pink, dans le secteur Hull, est officiellement érigé au rang de priorité numéro 1 par la Ville de Gatineau pour obtenir du financement dans le cadre de l'entente Canada-Québec, reléguant du même coup le prolongement et l'élargissement du boulevard de La Vérendrye aux calendes grecques.

Gatineau répond ainsi à la demande du ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, qui avait demandé à la Ville de Gatineau, il y a un mois, d'énoncer clairement ses priorités pour être en mesure de financer le projet. Un flou persistait au ministère puisque d'anciennes résolutions du conseil municipal identifiaient le prolongement et l'élargissement du boulevard de La Vérendrye comme prioritaire.

Québec investira donc un montant de 338000 $, a confirmé au Droit la députée de Hull, Maryse Gaudreault. «Le ministre a trouvé cette somme à l'intérieur de son ministère pour financer les plans et devis et sécuriser les études qui ont déjà été faites, a-t-elle confirmé. Il fallait seulement que Gatineau précise sa priorité.»

Les deux routes sont régies par l'entente CCN-Québec, une entente complexe qui date de 1972 entre les gouvernements fédéral et provincial qui vise l'amélioration du réseau routier du côté québécois de la région de la capitale nationale.

Afin d'éviter que les études du BAPE ne deviennent caduques, il devenait impératif pour la Ville de Gatineau que Québec finance, à tout le moins, les plans et devis pour l'élargissement du chemin Pink, entre le boulevard des Grives et la rue de la Gravité, un tronçon de 0,45 kilomètre.

D'abord évalués à 2,6 millions$, les travaux qui seront financés à 100% par Québec sont aujourd'hui estimés à 4,8 millions$. Les travaux devraient avoir lieu en 2017.

«J'ai travaillé fort pour trouver une solution, a indiqué le conseiller Maxime Tremblay. Pour que le projet puisse aller de l'avant, le ministre avait besoin de l'assurance que le chemin Pink allait être la priorité et la seule demande de Gatineau dans le cadre de cette entente jusqu'en 2017. C'est une décision politique.»

Malaise

Plusieurs élus ont affirmé entretenir un certain malaise par rapport à l'exigence de Québec de ne faire aucune autre demande de financement pour des routes incluses dans l'entente Canada-Québec de 1972. Selon Sylvie Goneau, cette exigence de Québec revenait à mettre sur une tablette les projets d'élargissement et de prolongement du boulevard La Vérendrye qui était jusque-là identifié comme prioritaire par la Ville.

«C'est identifié comme une priorité depuis longtemps, nous revendiquons ces travaux depuis longtemps, c'est inacceptable que Québec nous demande de ne plus faire aucune demande pour ces projets, a lancé Mme Goneau. C'est une question de sécurité et de bien-être pour les gens de mon district.»

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a indiqué que le projet du chemin Pink, pour plusieurs raisons techniques, était plus avancé que ceux sur le boulevard La Vérendrye. «Les deux projets sont nécessaires, mais Québec nous demande de changer une priorité pour une autre, a précisé le maire. Pour moi c'est assez simple comme discussion.» Le maire a fait ajouter à la résolution que Gatineau se réservait le droit de faire de nouvelles demandes de financement à Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer