L'asphalte l'emporte sur les bibliothèques à Gatineau

Maxime Pedneaud-Jobin... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Maxime Pedneaud-Jobin

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a essuyé, mercredi matin, ce qui s'avère probablement sa plus grande défaite politique depuis qu'il a été élu à la mairie.

Dans un vote extrêmement serré de 10 contre 9, les élus ont décidé d'imposer 100 % des coupures exigées par Québec aux «projets d'avenir» que Gatineau souhaite mettre de l'avant au cours de prochaines années. On retrouve dans cette liste les projets de développement dans le centre-ville, ainsi que les bibliothèques.

M. Pedneaud-Jobin aurait préféré couper la poire en deux et que 50 % de ces coupures se fassent dans le maintien des infrastructures, notamment dans les travaux d'asphaltage. Le conseiller et président du comité du budget, Denis Tassé, a mené la charge afin de rallier une majorité de conseillers contre cette option.

«Je suis très très déçu, a lancé le maire Pedneaud-Jobin. L'option qui l'emporte est radicale. C'est un manque de vision. Nous avons une compression à faire et nous la faisons à 100 % dans les projets qui selon moi construisent l'avenir.»

À la conseillère Josée Lacasse, qui a affirmé que les bibliothèques étaient «un luxe» et que de toute façon les enfants ne les fréquentent plus depuis l'avènement du numérique, le maire a répondu que c'est, selon lui, «une absence totale et absolue de vision».

Il a rappelé que toutes les sociétés qui ont réussi sont celles qui ont misé sur la connaissance. «Et dans l'avenir, les sociétés qui vont réussir sont celles qui auront encore misé sur le savoir et nous, à Gatineau, nous n'avons pas mis un sou dans nos bibliothèques depuis 12 ans.»

Quels projets couper?

Les débats de l'après-midi porteront maintenant sur quels projets devront faire les frais de ces coupures.

Pour la conseillère Myriam Nadeau, si les élus sont sérieux dans l'orientation «grande ville», ils devront couper ailleurs que dans les projets du centre-ville et ceux des bibliothèques.

«Moi, les bibliothèques, c'est un dossier sur lequel je suis prêt à perdre mes élections, a lancé le maire Pedneaud-Jobin. Moi je fais de la politique pour changer des choses et enrichir Gatineau. Si on ne fait pas ça, je vais faire autre chose dans la vie.»

Plus de détails à venir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer